Que va faire la sonde InSight sur Mars ? Philippe Lognonné nous l’explique

Philippe Lognonné, chercheur à l’Institut de physique du globe. © Ciel & Espace
Ce 26 novembre 2018, la sonde Insight se pose sur Mars. Son objectif : écouter les vibrations de la planète rouge, comme le géophysicien Philippe Lognonné nous l’a fait découvrir lors des Rencontres du ciel et de l’espace, début novembre 2018, à Paris.

Le 26 novembre, un peu avant 9 h (heure de Paris), la sonde InSight se pose sur Mars dans les plaines d’Elysium. Dès 20 h, suivez son atterissage sur Nasa Live. Le géophysicien français Philippe Lognonné est l’un des artisans de cette mission de la Nasa, fruit d'une collaboration internationale. Il nous en explique l’enjeu : écouter les vibrations de la planète pour en découvrir la structure profonde, et sonder ainsi le cœur de cette petite sœur de la Terre. Avec en ligne de mire, mieux comprendre la formation et l’évolution des planètes telluriques.

Découvrez nos autres conférences :

De quoi le temps est-il le nom ? par ​ Marc Lachièze-Rey

Trous noirs et gravitation quantique, par Aurélien Barrau

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?