Picsat ne répond plus

Vue d'artiste du satellite Picsat. © Picsat/Nasa
Le nanosatellite français, lancé en janvier 2018, n’a plus donné signe de vie depuis le 20 mars. Un nouveau coup dur après dix semaines passées en orbite sans avoir pu pointer l’étoile Bêta Pictoris qu’il doit étudier.

Depuis le mardi 20 mars 2018, à 12 h 20 (heure légale française), le contact est perdu avec le petit satellite Picsat. L’équipe scientifique venait alors de lui envoyer des commandes via l’antenne située à l’observatoire de Meudon, près de Paris. Mais elle n’a jamais reçu la confirmation que celle-ci avait été bien reçue. Pour autant, il n’y avait pas encore lieu de s’inquiéter car Picsat, qui venait de survoler la France, se trouvait alors assez bas sur l’horizon et la communication pouvait avoir été coupée pars des obstacles (arbres, immeubles, collines…).

Mais la situation est devenue plus inquiétante car aucun des radioamateurs disséminés sur la planète qui suivent le satellite ne l’a plus entendu. L’un d’eux, posté en Indonésie, devait être le premier à recevoir le signal de Picsat après son survol de l’Antarctique. Mais rien.

Et depuis mardi, l’engin situé sur une orbite quasi polaire à 800 km d’altitude n’a plus donné signe de vie.

Aucun signe avant-coureur d’un problème

À ce stade, l’équipe de Picsat indique que la télémétrie récupérée lors de la dernière communication ne faisait état d’aucune anomalie : pas de hausse de la température ou de problème de charge des batteries. Si bien qu’il est impossible d’avancer une hypothèse sur ce qui a pu arriver. S’agit-il d’un souci technique, comme par exemple une carte mémoire endommagée par un rayon cosmique ou un circuit déconnecté ? Ou bien d’une défaillance d’un logiciel de bord ?

Des soucis initiaux en passe d’être résolus

Avant cette perte de communication, Picsat faisait déjà face à des soucis. Son dispositif de repérage aux étoiles, grâce auquel il devait pointer l’étoile Bêta Pictoris afin de suivre l’éventuel transit de sa planète géante, ne fonctionnait pas. Mais le problème avait fini par être compris : il s’agissait d’une erreur de communication entre deux parties du logiciel de pointage. L’équipe avait d’ailleurs employé les derniers passages de Picsat au-dessus de Meudon pour lui envoyer une mise à jour logicielle. Hélas, le nanosatellite (moins de 10 kg) est devenu muet avant que cette nouvelle version téléchargée n’ait pu être installée.

Picsat toujours silencieux

Pour l’heure, si le satellite fonctionne toujours, en l’absence de liaison avec la Terre, il doit automatiquement relancer son système toutes les 72 heures. Cela a donc pu intervenir deux fois depuis le 20 mars. Le 23 mars 2018, peu après 16 h, le satellite est passé au-dessus de W2RTV1, un radioamateur particulièrement assidu et bien équipé, dans l’État de New York, aux États-Unis : toujours muet…

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.