PicSat ne trouve pas ses repères

Le satellite Picsat (photomontage). © Lesia/Observatoire de Paris/PSL ; fond : T. Pesquet ESA/Nasa
Après plus de huit semaines passées en orbite, le nanosatellite PicSat n’est toujours pas opérationnel. D’abord freiné par un problème de stabilisation à présent réglé, c’est une panne de logiciel qui l’empêche maintenant de s’orienter.

Lancé début 2018 pour tenter d’observer le transit de l’exoplanète Bêta Pictoris b devant son étoile, Picsat n’a toujours pas commencé sa mission scientifique. Dans le courant du mois de février 2018, il tardait à se stabiliser. Ce problème a été réglé mais une autre panne a surgi. Elle concerne le « star-tracker », un des éléments du système qui contrôle la position de PicSat en se répérant aux étoiles brillantes voisines de Bêta Pictoris. Le capteur fonctionne, mais pas le logiciel qui le pilote, ce qui empêche le télescope de viser correctement Bêta Pictoris.

L’équipe de PicSat travaille avec les concepteurs du logiciel pour trouver l’origine du problème. Les scientifiques ont déjà pu reproduire la panne sur un double du satellite resté au sol. Ils doivent maintenant mettre à jour le logiciel sur le satellite en orbite. L’opération nécessite de lui envoyer les données par radio à chacun de ses passages au-dessus de l’observatoire de Meudon (près de Paris), où se trouve la station de contrôle. À suivre…

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matériel d'observation : l'indispensable guide d'achat

    Nous venons de publier une nouvelle édition numérique du numéro spécial matériel #2 regroupant nos tests de lunettes, de montures, d’oculaires et de jumelles. En tout, vous retrouverez 90 tests de matériel à travers les deux numéro spéciaux, le 1er est consacré aux télescopes. Ils sont accessibles sur notre site web ou dans notre application « Ciel et Espace, Le + »

  • Un nouveau scénario pour l’origine des anneaux de Saturne

    Depuis que la composition et la masse des anneaux de Saturne sont mieux connues, grâce notamment à la sonde Cassini, les astronomes multiplient les modèles pour décrire leur formation. Mais aussi leur âge. Un chercheur de l’université de Toronto s’y colle cette fois avec, au départ de tout, une collision entre un satellite de Saturne et une comète.

  • L’insoutenable gravité de l’Univers, expliquée par Gabriel Chardin

    La gravitation reste une énigme. Elle résiste toujours à la physique quantique, qui décrit l’infiniment petit… Et si l’antimatière était la clé du mystère, comme le propose le théoricien Gabriel Chardin ?