PicSat ne trouve pas ses repères

Le satellite Picsat (photomontage). © Lesia/Observatoire de Paris/PSL ; fond : T. Pesquet ESA/Nasa
Après plus de huit semaines passées en orbite, le nanosatellite PicSat n’est toujours pas opérationnel. D’abord freiné par un problème de stabilisation à présent réglé, c’est une panne de logiciel qui l’empêche maintenant de s’orienter.

Lancé début 2018 pour tenter d’observer le transit de l’exoplanète Bêta Pictoris b devant son étoile, Picsat n’a toujours pas commencé sa mission scientifique. Dans le courant du mois de février 2018, il tardait à se stabiliser. Ce problème a été réglé mais une autre panne a surgi. Elle concerne le « star-tracker », un des éléments du système qui contrôle la position de PicSat en se répérant aux étoiles brillantes voisines de Bêta Pictoris. Le capteur fonctionne, mais pas le logiciel qui le pilote, ce qui empêche le télescope de viser correctement Bêta Pictoris.

L’équipe de PicSat travaille avec les concepteurs du logiciel pour trouver l’origine du problème. Les scientifiques ont déjà pu reproduire la panne sur un double du satellite resté au sol. Ils doivent maintenant mettre à jour le logiciel sur le satellite en orbite. L’opération nécessite de lui envoyer les données par radio à chacun de ses passages au-dessus de l’observatoire de Meudon (près de Paris), où se trouve la station de contrôle. À suivre…

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.