Perseverance tient son premier échantillon de roche martienne

Première roche martienne visible à l'intérieur d'un tube transporté par Perseverance. Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS
Sur Mars, le rover américain Perseverance a réussi sa première récolte d’échantillon de roche. Passé un premier échec, il s’agit du premier bout de Mars destiné, in fine, à être rapporté sur Terre.

Forage réussi pour Perseverance. Le 1er septembre 2021, le rover de la Nasa est parvenu à prélever son premier échantillon de roche à la surface de Mars. Pas plus épaisse qu’une craie d’instituteur, la carotte est bien présente au fond de l’un de 48 tubes en titane que l’astromobile a emporté avec lui sur la planète rouge. Après une phase d’abrasion, l’échantillon a été foré dans une roche baptisée « Rochette » par les ingénieurs de la Nasa, située le long d’une crête nommée « Citadelle » (en français dans le texte). Le site doit son nom au fait qu’il surplombe légèrement l’intérieur du cratère Jezero, dans lequel Perseverance évolue.

Actuellement au bout de son bras robot de 2 m, le tube va maintenant être scellé et rangé dans l’un des compartiments sous le ventre de l’astromobile. Plus tard, il devra être déposé à la surface de Mars en compagnie d’autres échantillons voués à être récoltés ensemble, puis renvoyés sur Terre par d’autres engins américains et européens dans les années 2030.

La roche surnomée "Rochette" dans laquelle Perseverance a réussi sa première collecte d'échantillon. © NASA/JPL-CALTECH

Vérifier le contenu

La confirmation définitive de la récolte fructueuse n’a été annoncée qu’au bout de 4 jours par la Nasa. Le temps pour le rover d’inspecter en plusieurs temps l’intérieur du tube, grâce à l’une de ses deux caméras Mastcam-z, juchées au sommet de son cou. Comme un joaillier porte une pierre précieuse au-devant de son œil, Perseverance a d’abord photographié l’intérieur du tube à deux reprises. Pris de dessus, le premier cliché a révélé la présence de roche martienne. Mais sur le second, la roche avait disparu. Entretemps, une étape de remuage de l’échantillon a eu lieu, vouée à dégager l’entrée du tube afin qu’aucune poussière n’entrave l’étanchéité de sa fermeture. Pressentant que les petites secousses aient fait chuter l’échantillon vers le bas du tube, la Nasa a ordonné une ultime photo de contrôle le 4 septembre, à l’heure précise où la position du Soleil permettrait d’en éclairer le fond.

Premières photos de l'intérieur du tube, appelant une troisième photo pour vérifer le contenu. © NASA/JPL-CALTECH/MSSS

43 tubes moins 2

Bien que Perseverance a immédiatement annoncé des étapes de forage nominales, ces inspections visuelles complémentaires font suite à un échec au moment du premier forage. Le 6 août à plus de 500 m de là, la Nasa pensait avoir prélevé avec succès son premier échantillon, avant d’être surprise par un tube vide. L’enquête a finalement révélé une roche trop friable, réduite en poudre par le système de forage. Ce premier tube est également stocké dans Perseverance. Parmi 48 tubes, 2 sont scellés et 5 serviront de tubes témoins voués à rester vide.  Nombre maximum d’échantillons restant : 41.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une fusion de galaxies sous l'oeil infrarouge du Webb

    Le James Webb Space Telescope a été utilisé pour observer la formation stellaire dans les galaxies lumineuses infrarouges. Dans II ZW 96, à 500 millions d'années-lumière de la Voie lactée, c'est la fusion de deux galaxies qui stimule les naissances.

  • Artemis 1 : le vaisseau Orion au plus loin de la Terre filme une éclipse

    La capsule Orion a accompli la moitié de sa mission Artemis 1. Ce faisant, le vaisseau de la Nasa a atteint son maximum de distance à la Terre, qu’il a vue disparaître un instant, éclipsée par la Lune.

  • Hubble dans les bras de NGC 7038

    L’équipe du télescope spatial Hubble diffuse une nouvelle image de la galaxie spirale NGC 7038, située à 200 millions d’années-lumière dans la constellation australe de l’Indien. Une vision hypnotisante !