Une nouvelle famille de trous noirs mise au jour grâce aux ondes gravitationnelles

Une visualisation de la fusion de deux trous noirs et de l'émission du signal GW190521. Crédit : N. Fischer, H. Pfeiffer, A. Buonanno (Max Planck Institute for Gravitational Physics),SXS Collaboration
Les observatoires d'ondes gravitationnelles Ligo et Virgo ont observé la fusion de deux trous noirs donnant naissance à un spécimen de 142 masses solaires. C'est la première preuve directe de l'existence de trous noirs dits "de masse intermédiaire".

Les astrophysiciens soupçonnaient fortement leur existence, ils en ont désormais une preuve irréfutable : les trous noirs intermédiaires, plus gros que ceux que laissent les étoiles après leur explosion, mais bien plus petits que ceux qui trônent aux centres des galaxies, existent bel et bien !

Le 21 mai 2019, les instruments Ligo et Virgo aux États-Unis et en Italie ont détecté un frisson de l'espace-temps provoqué par la fusion de deux trous noirs de 65 et 85 fois la masse du Soleil, à 7 milliards d'années-lumière. L’astre résultant, de 142 masses solaires, est le plus massif jamais détecté via les ondes gravitationnelles. À ceux qui doutaient de leur existence, malgré de forts indices, il confirme surtout que les trous noirs intérmédiaires, de 100 à 100 000 masses solaires, ne sont pas une vue de l'esprit.

La réalité des trous noirs intermédiaires donne de l'eau au moulin aux chercheurs qui pensent que les trous noirs supermassifs, d'un million de masses solaires et plus, au centre des galaxies, sont le fruit d'accrétions successives de trous noirs plus petits.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Podcast : L'Inde dans l'espace ou les promesses du "jugaad"

    C’est une puissance spatiale dont on parle peu et pourtant, voilà quarante ans déjà que l’Inde lance des satellites ! Démarré peu de temps après celui de la France, le programme spatial indien est sorti de l’ombre récemment avec l’envoi de sondes vers la Lune et vers Mars. Mais quel est son avenir, et que représente l'espace pour les 1,3 milliards d'Indiens ?

  • La phosphine de Vénus introuvable dans les données d’archives

    L’analyse d’observations réalisées en 2015 avec le télescope infrarouge de la Nasa IRTF, installé à Hawaï, ne montre aucune trace de phosphine dans la haute atmosphère de Vénus. Fin de la controverse ? Pas si sûr...

  • La sonde Bepi-Colombo survole Vénus

    En route vers Mercure, la sonde Bepi-Colombo est passée à 10 720 km de Vénus ce 15 octobre 2020 à 5h58, heure de Paris. Plusieurs instruments scientifiques ont réalisé des observations.