Nouveaux dômes sous le ciel de La Silla

Les télescopes BlackGEM sous le ciel de La Silla. Crédit : Zdeněk Bardon/ESO
L’observatoire européen de La Silla, au Chili, s’enrichit de nouvelles coupoles : celles du réseau de télescopes BlackGEM, photographiées ici sous la Voie lactée et le Grand Nuage de Magellan.

Trois nouvelles tours ont poussé à l’observatoire de La Silla, dans les Andes chiliennes. À terme, il pourrait y en avoir quinze, chacune équipée de sa coupole…

Le réseau BlackGEM, photographié ici sous la Voie lactée avant la fin de sa construction, est un trio de télescopes automatisés de 65 cm de diamètre presque entièrement dédiés à la recherche de trous noirs ou d’étoiles à neutrons en train de fusionner. Ils peuvent fonctionner indépendamment, ou bien de concert, comme un télescope unique de 3,6 m de diamètre.

Depuis la mise en service des détecteurs d’ondes gravitationnelles Ligo et Virgo, quantité d’astres compacts en train de fusionner ont été détectés. Ces événements produisent des vagues dans l’espace-temps mais aussi, parfois, des sursauts lumineux qui sont une mine d’informations, tant sur la nature exacte des objets en collision que sur le comportement de la matière à haute densité ou la physique microscopique. Les astronomes cherchent donc à les repérer le plus efficacement possible.

Télescopes à l’affût

Lors d’une fusion d’astres compacts, le flash lumineux se produit toujours après que l’onde gravitationnelle ait atteint la Terre. Les détecteurs comme Ligo et Virgo sont donc utilisés pour mettre en alerte les télescopes optiques. Hélas, les détecteurs d’ondes gravitationnelles ne sont pas capables de déterminer précisément la direction des sources qu’ils détectent. Les télescopes en alerte doivent donc surveiller de vastes zones du ciel pour espérer saisir le flash, parfois très bref, associé à la fusion d’objets compacts. Ils doivent aussi réagir vite, d’où l’intérêt de les automatiser.

De plus en plus de télescopes automatisés dédiés à la recherche de sources lumineuses très brèves se construisent dans le monde. BlackGEM, piloté par l’université Radboud (Pays-Bas), participe à cet effort. Sous l’un des plus beaux ciels du monde.

 

Les meilleurs coins où observer le ciel à la une

Ciel & espace n°584, disponible sur notre boutique web et en kiosques (où nous trouver ?)

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une fusion de galaxies sous l'oeil infrarouge du Webb

    Le James Webb Space Telescope a été utilisé pour observer la formation stellaire dans les galaxies lumineuses infrarouges. Dans II ZW 96, à 500 millions d'années-lumière de la Voie lactée, c'est la fusion de deux galaxies qui stimule les naissances.

  • Artemis 1 : le vaisseau Orion au plus loin de la Terre filme une éclipse

    La capsule Orion a accompli la moitié de sa mission Artemis 1. Ce faisant, le vaisseau de la Nasa a atteint son maximum de distance à la Terre, qu’il a vue disparaître un instant, éclipsée par la Lune.

  • Hubble dans les bras de NGC 7038

    L’équipe du télescope spatial Hubble diffuse une nouvelle image de la galaxie spirale NGC 7038, située à 200 millions d’années-lumière dans la constellation australe de l’Indien. Une vision hypnotisante !