Ondes gravitationnelles : deux nouvelles détections potentielles examinées par Ligo

L’un des détecteurs américains d’ondes gravitationnelles Ligo, situé à Hanford (État de Washington). © Ligo
Depuis leur remise en route le 30 novembre 2016, les détecteurs de Ligo ont identifié deux nouveaux signaux qui pourraient trahir le passage d'une onde gravitationnelle. Une analyse approfondie est en cours.

Cette seconde session d'observation des deux détecteurs américains, installés à Hanford dans l'État de Washington et à Livingston en Louisiane, a permis de collecter environ 12 jours de données scientifiques avec une sensiblité suffisante pour identifier des fusions de trous noirs de 30 masses solaires jusqu'à une distance de 2 milliards d'années-lumière (ou des fusions d'étoiles à neutrons jusqu'à 200 millions d'années-lumière).

Près de Pise, l'équipe du détecteur franco-italien Virgo s'active pour finaliser la mise à niveau de son propre instrument et rejoindre au plus vite Ligo dans sa prise de données. L'utilisation conjointe de détecteurs situés en différents points de la planète doit permettre de localiser les sources des ondes gravitationnelles sur la voûte céleste. 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Podcast : Le ciel de nuit en juin

    Saturne est à l'honneur ce mois-ci, avec un passage à l'opposition le 27. Nous vous invitons aussi à observer la boucle de rétrogradation de Mars, à sillonner les paysages de Palus Epidarium sur la Lune, et à profiter des merveilles de la constellation de la Lyre ! Découvrez enfin les coups de coeur de nos chroniqueurs Bernard Nomblot et Jean-Luc Dauvergne...

  • Le nouvel équipage de l’ISS en route vers la station

    Les trois nouveaux astronautes ont décollé de Baïkonour ce 6 juin 2018, à 13h12. Ils passeront encore deux jours dans le vaisseau Soyouz avant d’atteindre la station spatiale internationale (ISS).

  • Matière noire : Xenon1T ne voit rien

    Les résultats du détecteur de matière noire le plus sensible jamais conçu viennent d'être rendus public. Après 279 jours de mesure, l'expérience aux 1300 kg de xénon liquide Xenon1T n'a rien trouvé.