Mars salue sa rivale Antarès

Crédit : S. Voltmer
En cette fin du mois d’août, Mars croise dans le Scorpion. Une occasion rêvée de comparer la planète à Antarès, l’étoile dont l’éclat rouge lui vaut le surnom de « rivale de Mars ».

Le photographe Sebastian Voltmer n’a pas laissé passer l’occasion : le 25 août 2016, Mars était toute proche d’Antarès, l’étoile principale du Scorpion et il a saisi cette rencontre apparente grâce à des télescopes pilotés à distance installés à l’observatoire australien de Siding Spring. Mars est l’astreorangé le plus brillant, alors qu’Antarès diffuse un éclat plus jaune. Cette image à haute résolution, fruit de l’assemblage de six clichés, permet ainsi de constater que c’est la planète qui a la coloration rouge la plus prononcée.

La profondeur de l’image révèle en outre, avec un luxe de détails, l’amas globulaire M 4 (accompagné d’un autre amas globulaire, NGC 6144), ainsi que les nébulosités de Rhô Ophiuchi, une vaste région de formation stellaire. Par le jeu de la perspective avec l’un de ces nuages sombres, Mars semble d’ailleurs laisser échapper une fumée noire…

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Un spectaculaire éclair à la limite de l’espace

    Un amateur français a saisi un spectaculaire éclair à très haute altitude. Son image est l’une des plus belles jamais vues de ce phénomène encore en partie mystérieux qui n’a été découvert qu’à l’orée des années 1990 depuis l’espace.

  • Une éclipse de Soleil comme vous n’en avez jamais vue

    Lauréat d’un concours photo organisé par l’observatoire de Greenwich, Nicolas Lefaudeux a réussi à photographier l’éclipse totale de Soleil du 21 août 2017 d’une manière totalement inédite.

  • Un volcan de Mars en éruption ? Non, un drôle de nuage !

    Sur une image récente de la sonde Mars Express, l’un des volcans de Tharsis semble émettre un spectaculaire panache de fumée… Mais pas de roches en fusion à l’origine du phénomène, plutôt une curiosité météorologique.