Les glaces de l’Arctique fondent de plus en plus

Entre le 1er et le 18 août, la fonte des glaces arctiques a été en moyenne de 75 000 kilomètres carrés par jour. Crédit : NASA/GSFC

La surface de la calotte polaire arctique va atteindre son minimum annuel vers la mi-septembre. Si le record de 2012 n'est pas battu, la tendance globale reste nettement à la baisse.

Le 21 août 2013, l'extension des glaces de la calotte polaire était de 5,8 millions de km2. L'année dernière à la même époque, elle était de 4,3 millions de km2. Ces chiffres indiquent la portion de l'océan Arctique qui est recouverte à plus de 15% par la glace. 2012 fut l'année du record de fonte des glaces, avec une banquise réduite à 3,4 millions de km2. Compte tenu du rythme de la fonte saisonnière, le record absolu atteint en 2012 ne sera probablement pas battu cette année.

Tendance à la baisse

Néanmoins, ces mesures effectuées par des satellites depuis plusieurs dizaines d'années confirment une tendance à la baisse. Les dix plus petites surfaces de glace mesurées ont en effet été mesurées ces dix dernières années. En 1980, la surface minimale de la calotte arctique était d'environ 7,5 millions de km2.


Visualisation de la fonte de la glace arctique au cours de l'été 2013


Une calotte de plus en plus fine

Non seulement la banquise recule au pôle Nord, mais son épaisseur s'amoindrit continuellement. Le satellite de l'ESA Crysostat 2, à la suite du satellite ICEsat de la Nasa, mesure le volume des glaces polaires. Verdict : entre 2003 et 2012, celui des glaces arctiques a diminué de 36% en automne et de 9% en hiver.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte : Deux cataclysmes stellaires ont ensemencé le futur Soleil et ses planètes

    Comment sont apparus l’or, le platine, l’uranium et autres éléments chimiques si précieux sur notre planète ? Deux études récentes précisent leur origine. Deux types d’épisodes violents survenant en fin de vie des étoiles sont notamment le creuset de ces éléments lourds : les novae et la fusion d’étoiles à neutrons.

  • C’est la saison des nuages étranges !

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer.

  • Enquête : Investir dans la météorite est-il un bon filon ?

    Encore récent, le marché de la météorite se développe rapidement. Acheter un caillou venu de l’espace peut être financièrement intéressant à condition de savoir bien le choisir, d’y mettre les moyens, d’être patient. Et de pousser la porte d’un tout petit monde aux règles bien établies.