Le télescope James Webb produit une première image avec son miroir de 6,5 m

Le JWST a pointé une étoile de la constellation du Dragon. Crédit : Nasa/STScI
Le 16 mars 2022, la Nasa a dévoilé la première image réalisée par le James Webb Space Telescope depuis l’alignement des segments de son grand miroir. Le JWST fonctionne désormais véritablement comme un télescope de 6,5 m de diamètre.

Elle est loin d’être parfaite, elle est monochrome, mais elle devrait rester comme la première image produite par le James Webb Space Telescope (JWST). La première, en tout cas, réalisée avec le plein diamètre de son miroir de 6,5 m. On y voit l’étoile 2MASS J17554042+6551277, un astre de magnitude 11 situé dans la constellation du Dragon, et surtout d’innombrables galaxies à l’arrière-plan. Comme un avant-goût de ce dont sera capable le géant lorsque les réglages de ses instruments seront terminés.

Une étoile vue dans l’infrarouge

L’image a été réalisée avec l’instrument NIRCam (Near Infrared Camera, pour « caméra dans l’infrarouge proche »). « Elle est en fausses couleurs, car l’œil humain est incapable de discerner le rayonnement infrarouge, dans lequel l’étoile a été photographiée », explique Pierre-Olivier Lagage, astrophysicien du CEA et coconcepteur de MIRI, un autre instrument du Webb.

Elle marque surtout une étape cruciale, « la conclusion du processus d’alignement de tous les segments du miroir primaire du JWST », commente Aurélien Le Bail, doctorant au CEA et membre de la commission Cosmic Evolution Early Release Science Survey (CEERS), affiliée au JWST.

Zoom autour de l'étoile 2MASS J17554042+6551277. © Nasa/STScI

En février 2022, huit semaines après son lancement, le Webb nous avait déjà gratifié d’une image. Mais il s’agissait de l’addition d’images individuelles produites par les 18 segments hexagonaux qui composent son grand miroir. Ceux-ci n’étaient pas encore alignés (« phasés ») pour se comporter comme un unique grand réflecteur de 6,5 m de diamètre. Et donc, la finesse de l’image produite, en particulier, était loin d’être celle attendue pour le Webb.

Les premières observations prévues en juin

Cette fois, comme en témoignent les détails déjà visibles dans les galaxies d’arrière-plan, les réglages du Webb touchent au but. « Il y aura d’autres optimisations concernant les instruments du JWST, pour le spectrographe NIRSpec et la caméra infrarouge Miri, mais le James Webb est dans les temps. Le planning est respecté ! » se félicite Pierre-Olivier Lagage.

Les premières observations à portées scientifiques devraient débuter en juin 2022, et être présentées au cours des premières semaines du mois de juillet 2022.

 

Disponible sur notre boutique web et en kiosque (où nous trouver ?)

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.