Le crash d’une « mystérieuse » fusée vient d'être identifié sur la Lune

Double cratère créé par une fusée, vu par LRO (longueur des côtés du carré blanc : 100 m). © Nasa/LRO
L’équipe de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter vient de repérer où s’est écrasé, le 4 mars 2022, l’étage supérieur d’une fusée lunaire. L’engin est probablement chinois.

Un nouveau motif d’origine humaine est apparu à la surface de la Lune. Il a été photographié le 25 mai 2022 par la sonde américaine Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) sur la face cachée de notre satellite naturel. Dans un communiqué publié le 23 juin, Mark Robinson, le responsable de la caméra de LRO, a annoncé la découverte d’un cratère d’impact, qu’il associe à un « mystérieux étage de fusée ».

De manière surprenante, le cratère est en réalité double, ce qui peut indiquer que « l’étage de fusée concentre une forte masse à chacune de ses extrémités », écrit Mark Robinson. La dimension du cratère (dans le sens de la longueur) vaut 28 mètres.

Surface lunaire (367 m de côté) photographiée avant (28 février 2022) et après l'impact (21 mai 2022). © Nasa/GSFC/ASU
Surface lunaire (367 m de côté) photographiée avant (28 février 2022) et après l'impact (21 mai 2022). © Nasa/GSFC/ASU

Quelle est cette mystérieuse fusée ?

Ce cratère date du 4 mars 2022. Il est dû au crash d'un étage de fusée repéré précédemment par les astronomes. Cette trouvaille met un terme à trois mois de recherche pour retrouver l'impact d’un engin dont l’identité « demeure incertaine », selon l’annonce. Pourtant, dans un communiqué du 14 février 2022, la Nasa avait rapporté que l’objet était « sûrement le propulseur de la mission chinoise Chang’e 5-T1 lancée en 2014 ». « Ça n’est pas le second étage d’une Falcon 9 de SpaceX lancée en 2015, comme il a été dit précédemment », avait ajouté l’agence spatiale américaine.

Disponible sur notre boutique web et en kiosque (où nous trouver ?)

Ciel & espace n°583, juin-juillet 2022. Dossier : Les nouveaux trous noirs révélés par les ondes gravitationnelles. © C&E

Chang’e 5-T1 comme impacteur, c’est également l’avis de Bill Gray. Ce chercheur amateur, en contact avec le JPL, a rembobiné la trajectoire de l’objet au fil de ses orbites entre la Terre et la Lune pour arriver à son point de départ : en Chine près d’un pas de tir, à 18 heures (temps universel) le 23 octobre 2014. Soit la date du lancement de Chang’e 5-T1. Une enquête à rebondissement qu’il raconte sur son site.

Deux missions Chang’e 5

La mission expérimentale Chang’e 5-T1 a permis de valider des phases de vol pour la mission Chang’e 5, qui a rapporté des échantillons de Lune en décembre 2020. Jouant, involontairement ou non, sur la confusion entre les deux missions, le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Wenbin a démenti la responsabilité du programme spatial chinois dans ce crash lunaire. « L’étage supérieur de la mission Chang’e 5 est tombé de façon contrôlée dans l’atmosphère terrestre et s’y est entièrement consumé », répondait-il le 21 février 2021 en conférence de presse. Cela est vrai… pour Chang’e 5. L’autre, Chang’e 5-T1 réside selon toute vraisemblance sur la Lune. Du moins, ce qu’il en reste après l’impact.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Curiosity sillonne Mars depuis 10 ans !

    Depuis les pentes du mont Sharp, le rover américain envoie une image saisissante qui couronne un périple extraordinaire sur le sol martien. Une sorte de petit cadeau d’anniversaire dont l’esthétique ne doit pas faire oublier les découvertes scientifiques accomplies.

  • Le télescope James Webb s’offre une roue de chariot

    Une nouvelle image du télescope spatial James Webb a été rendue publique : celle de la galaxie ESO 350-40, mieux connue comme la Roue de Chariot en raison de sa forme évocatrice.

  • Nouveaux dômes sous le ciel de La Silla

    L’observatoire européen de La Silla, au Chili, s’enrichit de nouvelles coupoles : celles du réseau de télescopes BlackGEM, photographiées ici sous la Voie lactée et le Grand Nuage de Magellan.