La fusée Ariane 5 a rendez-vous avec le dernier vol de son histoire

La dernière Ariane 5 sur son pas de tir. © G. Langin/C&E
Le dernier exemplaire de la fusée de l’Agence spatiale européenne a rejoint son aire de lancement à Kourou en Guyane. Ariane 5 décollera dans la nuit du 5 au 6 juillet 2023, à partir de minuit, heure de Paris. Récit et photos de son transfert jusqu'au pas de tir, la veille.

Kourou, Guyane – C’est elle qui doit clore le bal des Ariane 5. Au Centre spatial guyanais, le 117e et dernier exemplaire de la fusée européenne a vu la porte de son bâtiment d’assemblage final (le BAF) s’ouvrir pour la dernière fois, le 3 juillet 2023 à 8h50, heure locale. Il était 13h50 à Paris. Dans le même temps, le camion bleu dénommé « le Titan » s’est approché du lanceur de 55 m, posé sur sa table de lancement mobile, pour s’y harnacher dans le but de tracter l’ensemble jusqu’à son pas de tir. Une petite douzaine de techniciens casqués s’est alors affairée dans le hall vertical, pour déconnecter comme de coutume, les câbles et les tuyaux reliant la fusée au bâtiment.

Ariane 5 dans le BAF, le bâtiment d’assemblage final. © C&E/G. Langin

Passé un premier report technique, puis un report météo d’une trentaine de minutes provoqué par des vents rapides, Ariane 5 est finalement sortie de son bâtiment à 12h50 pour entamer un voyage de 2,6 km à la vitesse moyenne de 3,6 km/h, guidée par deux paires de rails. Tractée par le Titan – dont le boitier de vitesses dispose de 32 rapports –, la fusée a tranquillement accéléré, laissant apparaitre le sommet de sa coiffe, au-dessus de la flore équatoriale luxuriante. Elle a ensuite croisé la "Route de l’espace", qui traverse le centre spatial, mais est fermée à la circulation quelques minutes avant le transfert, se laissant contempler de la tête aux pieds.

Trèfle à 4 feuilles

Au sommet de son premier étage, on a pu apercevoir un trèfle à quatre feuilles dédicacés par les équipes d’Arianespace. Un symbole légendé de la phrase « Good luck, old lady for the last flight » (« Bonne chance, vieille dame, pour ton dernier vol »). Un symbole faisant écho à la dernière fusée Ariane 4 en février 2003, qui en était aussi décorée. Sous les yeux des équipes du personnel d’Arianespace et d’une partie de ses clients, les opérateurs du satellite militaire Syracuse 4B à bord de la fusée, réunis sur le toit du bâtiment Galileo, l’engin spatial a terminé sa course en virant légèrement à droite

Ariane 5 traversant la Route de l'espace, qui permet de circuler dans le Centre spatial guyanais. © C&E/G. Langin

C’est logée entre les quatre paratonnerres qui délimitent son aire de lancement qu’elle patientera jusqu’à son départ vers l’espace. Prévu initialement le 4 juillet 2023, à partir de 18 h 30 (23 h 30 heure de Paris), le tir a été décalé d'au moins 24 h en raison de forts vents d'altitude. La prochaine fenêtre de tir favorable s'ouvre le 5 juillet à 19 h, et se ferme jusqu'à 20 h 05.

238 satellites

Le satellite militaire français Syracuse 4B et le satellite allemand Heinrich Hertz (ou « H2Sat ») sont les deux passagers de cet ultime vol d’une Ariane 5. Installés sous la coiffe du lanceur depuis plusieurs semaines, ils y ont patienté le temps que soit réparée la pièce défectueuse qui avait causé un report du vol la veille de sa date initiale, le 16 juin. Ce composant impliqué dans la ligne pyrotechnique chargée de séparer les boosters latéraux du corps central, pendant la phase de décollage, a fait l’aller-retour jusqu'en métropole.

Le Ciel & espace n°589, juin-juillet 2023 avec un dossier consacré à l’énergie des étoiles

Hors-série Artemis : Comment la Nasa veut reconquérir la Lune

Deux numéros disponibles sur notre boutique web et en kiosque (où les trouver ?)

Pendant ce temps, Syracuse et H2Sat ont vu leurs batteries rechargées. Comme ce fut souvent le cas en 27 ans de services rendus par le lanceur européen, les deux satellites auront pour destination finale l’orbite géostationnaire située à 36000 km d’altitude dans le plan équatorial. En déposant ses satellites sur une orbite de transfert géostationnaire (demandant à être circularisée dans un second temps par les satellites eux-mêmes), Ariane 5 transportera ses 237e et 238e satellites.

Sur sa chaîne YouTube, le Cnes prendra l’antenne peu avant le lancement pour retransmettre l’événement en direct.

Ariane 5 parcourant les derniers mètres qui la séparent de son pas de tir, à gauche. © C&E/G. Langin

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • L’astéroïde Dimorphos a été déformé par l’impact de la sonde Dart

    En 2022, la mission Dart entrait en collision avec l’astéroïde Dimorphos. Télescopes spatiaux et terrestres ont alors scruté les conséquences de l’impact sous toutes les coutures. Et les premières analyses viennent de tomber : Dimorphos est un agrégat de roche peu résistant. Une bonne nouvelle pour la défense planétaire.

  • Des étoiles mystérieuses se forment en bordure des galaxies

    De jeunes étoiles situées en périphérie des galaxies ont été découvertes en grand nombre grâce à l’observatoire spatial Galex. Leur présence étonne les astronomes, et ce, d’autant plus qu’ils n’étaient pas parvenus jusqu’ici à observer les nébuleuses dans lesquelles elles se sont formées.

  • Grand entretien avec Jean-Marc Bonnet-Bidaud : Les découvertes de demain se feront-elles en Chine ?

    Longtemps ignorée de l’Europe, l’apport technique de la Chine, nourrie de multiples innovations, pointe l’efficacité de ses méthodes et de son approche originale. En partant de l’astronomie, Jean-Marc Bonnet-Bidaud s’est intéressé à la science chinoise ancienne et à la pensée qui a présidé à son émergence.