La comète cible de Rosetta a un noyau double

“Chury” photographiée par la sonde européenne Rosetta. © ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA.

La sonde Rosetta, maintenant à 10 000 km de sa cible, nous dévoile de nouvelles images prises le 11 juillet 2014. Réalisées grâce à la caméra OSIRIS-NAC, elles montrent que le noyau de la comète Churyumov-Gerasimenko est double.

Un noyau très irrégulier

Les 5 pixels de la première image du noyau de « Chury » semblent déjà loin. Comme le laissaient deviner ces trois portraits publiés le 10 juillet 2014, la comète possède un noyau de forme très irrégulière.

D'une taille de 4 sur 3,5 km, elle est en effet constituée d'un double noyau. « Il s'est certainement formé à partir de deux corps qui se sont agglomérés, » précise Philippe Lamy, du Laboratoire d'astrophysique de Marseille (LAM), responsable de l'équipe chargée de la caméra OSIRIS.

Ci-dessous : le noyau double de la comète Churyumov-Gerasimenko, photographié par la sonde européenne Rosetta. © ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA.
© ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA.

Crédits :  ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

Ci dessous, une séquence animée de la rotation du noyau de Rosetta:

Des inquiétudes pour l'aterrissage de Philae

Cependant, si ces images éclaircissent petit à petit le mystère que constitue cette comète, elles apportent aussi de nouvelles inquiétudes. Prévu pour le 11 novembre 2014, le largage de Philae, le module d'atterrissage de Rosetta, s'annonce en effet périlleux : « Avec une forme aussi bizarre et inattendue, le champ de gravité de la comète doit être complexe. Il faut donc trouver une surface assez régulière pour atterrir avec sécurité », explique Philippe Lamy.

En attendant, les images de la comète se préciseront rapidement dans les jours à venir puisque, d'après Philippe Lamy, les responsables de la caméra OSIRIS devraient maintenant recevoir deux séries de photos par semaine.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.