L’astronome Franck Marchis prône la réconciliation dans l’épineux problème du Thirty Meter Telescope

« Je vote pour la réconciliation ». Après plusieurs jours de blocage du chantier du télescope de 30 m américain à Hawaï, l’astrophysicien franco-américain Franck Marchis a publié un texte dans lequel il invite les parties à l’écoute mutuelle. Ce qui passe probablement par un déménagement du télescope aux Canaries.

Ciel & Espace ouvre ses colonnes à Franck Marchis, astronome à l’Institut SETI, qui prend position sur la situation de blocage observée aux abords du chantier du télescope de 30 m TMT (Thirty Meter Telescope), à Hawaï, sur le volcan Mauna Kea, à 4200 m d’altitude. Depuis le 15 juillet, les opposants au projet, après avoir multiplié les recours juridiques qui ont retardé la construction de plusieurs années, ont barré la route d’accès au sommet. Et la police a arrêté plusieurs d’entre-eux.

Le point de vue de Franck Marchis, utilisateur régulier des télescopes déjà existants au Mauna Kea, nous a semblé équilibré et méritant d’être entendu. C’est pourquoi nous le publions, en français, après qu’il ait été initialement publié en anglais sur le site Cosmic Diary.

 

J’étais resté silencieux sur la controverse autour du TMT, non par choix mais parce qu’elle est apparue alors que j’étais en voyage, et parce que c’est un sujet important qui nécessite plus qu’un tweet pour être discuté.

Tout d’abord, je tiens à dire que j’aime l’astronomie et la science – mais je comprends aussi le patrimoine et l’importance culturelle du Mauna Kea pour les gens d’Hawaï.

En tant que métis (Malgache-Indien et originaire de l’île de la Réunion), j’interroge la manière dont nous avons géré et dont nous gérons actuellement cette situation. C’est vrai, les gens qui soutiennent le TMT ont été patients, ont pris beaucoup de temps et se sont donné énormément de mal pour venir à bout de toute la paperasse nécessaire pour mener à bien le projet. Ils ont aussi participé à d’innombrables auditions pour rendre le projet meilleur et plus respectueux à la fois de l’environnement et de la culture hawaïenne. J’admire mes collègues au TMT qui ont travaillé jour et nuit pour améliorer le projet – ils ont fait du mieux qu’ils pouvaient dans des circonstances éprouvantes et ils ont écouté très attentivement le peuple d’Hawaï et leurs législateurs.

Mais…

Comment pourrions-nous justifier l’arrestation de protecteurs pacifiques ? Que sommes-nous en train de dire à propos de notre projet et de l’astronomie au sens large si le monde nous voit faire appel à des forces de police armées pour arrêter des gens qui sont en désaccord avec nous ? Cela ne confirme-t-il pas les allégations portées contre nous selon lesquelles les scientifiques et la science ont toujours raison et nos opposants ont non seulement tort mais en plus ne méritent même pas notre respect ?

Dans un monde régi par les réseaux sociaux, où les vidéos et les images sont importantes et où les controverses peuvent exploser à tout moment, je ne comprends pas la décision d’envoyer des forces armées pour arrêter des gens, répétant une fois de plus la faute qui consiste à utiliser la puissance brute contre les communautés indigènes Noires et métis des Etats-Unis.

Cela doit cesser.

Mauna Kea est une magnifique et unique montagne, un vrai joyau pur l’astronomie. J’ai travaillé là et fait beaucoup de grandes découvertes en utilisant ses télescopes. Je suis aussi extrêmement reconnaissant d’avoir eu l’opportunité de venir à Hawaï pour rencontrer mes amis et mes collègues. C’est un lieu où les Hawaïens natifs, les Américains du continent et les immigrés apprennent à vivre et à travailler ensemble. C’est le véritable esprit d’Aloha – et c’est l’un des plus magnifiques et précieux aspects de la vie à Hawaï.

Cependant, avec nos yeux rivés sur le prix et sur la course actuelle vers des télescopes toujours plus grands et plus nombreux sur le Mauna Kea, je crains que nous ayons oublié que nous sommes des invités. Nous avons été invités dans la maison de quelqu’un. Et nous rendons cette extraordinaire hospitalité en piétinant des traditions sacrées. Quand les Hawaïens nous disent qu’en voilà assez, nous devons écouter. Le point de vue adopté par les protestataires est peut-être minoritaire aujourd’hui, mais les choses pourraient changer très rapidement à mesure que plus de gens sur l’île en apprennent sur son long et fier patrimoine. Les étapes que nous vivons maintenant peuvent durcir et polariser les opinions des deux côtés, où commencer à nous entrainer vers la réconciliation. Je vote pour la réconciliation.

Heureusement, les astronomes ont un plan B. Nous en avions parlé voici plusieurs années, quand tout le monde avait admis que nous pourrions construire le TMT aux îles Canaries. Ce n’est pas aussi idéal et magnifique que Mauna Kea, mais c’est la manière évidente et la plus aisée de faire avancer la science, de conserver de bonnes relations avec les gens d’Hawaï et de clore cette controverse.

Voyons ce que cela donne du point de vue de l’astronomie. Les étoiles, les planètes et les galaxies étaient là longtemps avant que l’humanité n’émerge et seront là longtemps après qu’elle ait disparu. Les gens comme moi, qui aiment Hawaï, savent qu’il y a encore plusieurs télescopes très performants qui nous donneront d’innombrables opportunités de faire une astronomie de pointe sur le Mauna Kea.

Je sais que ce que je dis ici va décevoir quelques supporters du TMT. Le TMT sera probablement l’une des créations humaines les plus complexes et les plus impressionnantes et elle a beaucoup à offrir à Hawaï en termes d’éducation, de développement économique et de patrimoine culturel. Franchement, je me demande parfois pourquoi un peu de l’énergie employée à s’opposer à ce télescope n’a pas été utilisée pour défendre l’environnement local et répondre à d’autres problèmes socio-économiques auxquels l’île fait face, mais en tant qu’invité, je ne suis pas là pour juger. Ce que les gens d’Hawaï choisissent de faire, quelles priorités ils choisissent de traiter, est leur affaire, et pas la préoccupation de personnes extérieures comme moi.

Hélas, si nous ne construisons pas le TMT sur le Mauna Kea, il y aura moins d’objets comme Oumuamua, Haumea ou Laniakea pour représenter la culture hawaïenne dans le cosmos. Mais les étoiles, les galaxies et les planètes sont indifférentes à la manière dont nous les nommons. Et avec ou sans le TMT, le Mauna Kea sera toujours là et sera toujours l’un des meilleurs endroits sur la planète Terre pour faire de l’astronomie.

Je vote pour la réconciliation.

 

Franck Marchis, spécialiste en planétologie, astrophysicien à l’Institut SETI et directeur scientifique chez Unistellar.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La jeune Jupiter a-t-elle été percutée par une grosse planète ?

    Un corps dix fois plus massif que la Terre serait entré en collision avec la géante du Système solaire quand elle était encore en train de se former. L’immense impact permettrait d’expliquer l’étrange structure interne de la planète, mesurée par la sonde Juno.

  • Les robots débarquent dans la station spatiale internationale

    Le prochain vaisseau Soyouz à décoller pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) ne comptera aucun astronaute à bord, seulement le robot humanoïde russe Fedor. Plus tard cette année, il devrait être rejoint par Robonaut 2, de conception américaine, qui retrouvera l’espace après plusieurs mois au sol pour réparations.

  • Anneaux de Saturne : leur jeunesse supposée est-elle déjà caduque ?

    A-t-on conclu trop vite au jeune âge des anneaux de Saturne ? Depuis 2017, le lot de mesures livré par la sonde Cassini dans ses derniers instants donne du grain à moudre aux astronomes. Mûrement réfléchi, le modèle le plus robuste pourrait finalement être celui d’anneaux anciens. Enquête.