Les télescopes connectés débarquent. Episode 2/2 : l’eVscope

Test d’un prototype de l’eVscope, au parc Montsouris, à Paris. © JL Dauvergne/C&E
Deux télescopes d’un genre nouveau arrivent l’eVscope chez Unistellar et le Stellina chez Vaonis. Nous avons eu l’occasion d’essayer sur le ciel ces deux instruments 100% numériques et connectés. Après notre précédent article consacré à la prise en main du Stellina, passons en revue l’eVscope.
Un financement record ! 2,2 millions de dollars ! Le montant donne le vertige, c’est la somme collectée par Unistellar pour le financement participatif de son télescope eVscope à l’automne 2017. « C’est la plus grosse levée de fonds pour un projet technologique en Europe sur la plateforme Kickstarter », souligne Ludovic Nachury, chargé de la communication d’Unistellar.

Le principe de l’instrument est simple. Il s’agit d’un télescope de 114 mm de diamètre, doté d’un capteur couleur (Sony IMX 224) de 1,3 millions de pixels. Très apprécié des observateurs de planètes, ce capteur est relativement petit (4,8x3,6 mm), mais très sensible.

L’image obtenue est visible à travers un oculaire électronique situé sur le côté du télescope. L’idée est de
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.