Les télescopes connectés débarquent. Episode 2/2 : l’eVscope

Test d’un prototype de l’eVscope, au parc Montsouris, à Paris. © JL Dauvergne/C&E
Deux télescopes d’un genre nouveau arrivent l’eVscope chez Unistellar et le Stellina chez Vaonis. Nous avons eu l’occasion d’essayer sur le ciel ces deux instruments 100% numériques et connectés. Après notre précédent article consacré à la prise en main du Stellina, passons en revue l’eVscope.
Un financement record ! 2,2 millions de dollars ! Le montant donne le vertige, c’est la somme collectée par Unistellar pour le financement participatif de son télescope eVscope à l’automne 2017. « C’est la plus grosse levée de fonds pour un projet technologique en Europe sur la plateforme Kickstarter », souligne Ludovic Nachury, chargé de la communication d’Unistellar.

Le principe de l’instrument est simple. Il s’agit d’un télescope de 114 mm de diamètre, doté d’un capteur couleur (Sony IMX 224) de 1,3 millions de pixels. Très apprécié des observateurs de planètes, ce capteur est relativement petit (4,8x3,6 mm), mais très sensible.

L’image obtenue est visible à travers un oculaire électronique situé sur le côté du télescope. L’idée est de
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?