L’astronaute Alan Bean, quatrième homme sur la Lune, est mort

L’astronaute Alan Bean, avant la mission d'Apollo 12. © Nasa
Le 26 mai 2018, la Nasa a annoncé la disparition d’Alan Bean, à l’âge de 86 ans. L’astronaute américain avait marché sur la Lune en novembre 1969.

Parmi les douze hommes ayant marché sur la Lune entre 1969 et 1972, il était probablement l’un des plus accessibles. Alan Bean, qui vivait à Houston, acceptait volontiers de parler de son aventure extraordinaire. Après avoir quitté la Nasa, en 1981, il s’est consacré à la peinture. Et ses tableaux revisitaient sans cesse les premières explorations de la Lune menées lors du programme Apollo. Il s’est éteint à l’âge de 86 ans.

Une marche lunaire sans direct

Après Apollo 11, au cours de laquelle Neil Armstrong avait été le premier à poser le pied sur la Lune le 21 juillet 1969, Pete Conrad et Alan Bean avaient eu pour mission d’alunir dans l’océan des Tempêtes, tout près de la sonde Surveyor 3, arrivée deux ans plus tôt. Les deux hommes, très amis, avaient débarqué sur la Lune dans une ambiance nettement moins solennelle que leurs prédécesseurs Neil Armstrong et Buzz Aldrin. Hélas, le public allait rapidement être privé d’images car Bean, en déplaçant la caméra de télévision en couleur pour l’installer sur son trépied, l’a dirigée vers le Soleil, ce qui a brûlé son capteur.

Le 19 novembre 1969, Alan Bean décharge la première station scientifique complète sur la Lune. © Nasa

Photos touristiques

Alan Bean a déployé à la surface de la Lune la première station scientifique complète et mené avec Pete Conrad la première véritable exploration. En effet, les deux hommes s’éloignent de plusieurs centaines de mètres de leur module lunaire au cours de leur deuxième sortie en scaphandre (lors d’Apollo 11, Armstrong, bravant quelque peu les consignes de sécurité de la Nasa qui lui imposaient de rester dans le champ de la caméra de télévision, ne s’était aventuré qu’à 60 m). C’est au cours de cette seconde excursion que Conrad et Bean avaient rejoint Surveyor 3, située à 180 m de leur vaisseau. Là, Bean devait installer un retardateur sur l’appareil photo et prendre ainsi le premier cliché avec deux astronautes ensemble sur la Lune. Mais il ne l’a pas retrouvé parmi les sacs d’échantillons. Les deux hommes se sont donc pris en photo tour à tour.

Alan Bean pose près de la sonde Surveyor 3, sur la Lune, le 20 novembre 1969. © Nasa.

Un fauteuil dans une station spatiale

En tout, Alan Bean a marché près de huit heures sur le sol lunaire. En 1973, il est reparti dans l’espace pour la deuxième mission à bord de la première station américaine, Skylab. Il y est resté avec ses deux équipiers, Jack Lousma et Owen Garriot, du 28 juillet au 25 septembre 1973. Il y a effectué une sortie extravéhiculaire en scaphandre de 2 h 41 min. Et pendant son séjour, il a testé à l’intérieur de la station (qui disposait d’un très grand volume) un fauteuil directionnel préfigurant celui que Bruce McCandless utiliserait dans le vide spatial en février 1984.

Plus que quatre « moonwalkers »

Alan Bean était le dernier membre d’équipage d’Apollo 12 encore vivant depuis la disparition récente de Dick Gordon (qui n’avait pas marché sur la Lune). Et il faisait partie des cinq derniers « moonwalkers » toujours en vie après la mort de John Young, le 7 janvier 2018. Des douze hommes à avoir marché sur la Lune, il ne reste plus, désormais que Buzz Aldrin (88 ans), David Scott (85 ans), Charlie Duke (82 ans) et Harrison Schmitt (82 ans).

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La « nation spatiale » d'Asgardia couronne son roi

    L'intronisation du chef de l'état d'Asgardia a lieu ce 25 juin à Vienne. Fondée en 2016 par le scientifique et entrepreneur russo-azerbaïdjanais Igor Ashurbeyli, ce « royaume spatial » autoproclamé compte déjà plus de 200 000 membres à travers le monde. Enquête.

  • Méthane martien : Curiosity relance le débat

    La nouvelle détection de méthane dans l’atmosphère de Mars par le robot Curiosity relance le débat sur l’origine de ce gaz : celle-ci est-elle biologique ou non ? Les scientifiques cherchent toujours à comprendre quel mécanisme peut le produire, mais aussi pourquoi il « s’évapore » partiellement en fonction des saisons.

  • Jumelles Omegon 2,1x42 : des « yeux de hibou » au banc d’essai

    Un type nouveau de jumelles surnommé « yeux de hibou » — grand diamètre, faible grossissement — fait sensation pour observer la Voie lactée. Nous avons testé le récent modèle de la marque Omegon et l’avons comparé aux jumelles Kasai et Vixen, testées en mars 2017. Avec des résultats surprenants, au regard des écarts de prix …