Juno effectue un rase-mottes au-dessus d’Europe, la lune glacée de Jupiter

Image d'Europe, la lune glacée de Jupiter, prise par la sonde Juno. Crédits : NASA / SwRI / MSSS
Cela faisait 22 ans qu’aucune sonde spatiale ne s’était tant approchée d’Europe, l’un des principaux satellites de Jupiter. Juno a survolé sa surface à seulement 352 km pour en fournir un cliché très détaillé.

Les cicatrices glacées d’Europe sont toujours là. Le 29 septembre 2022, à 11h36 heure française, la sonde américaine Juno a survolé le satellite de Jupiter à plus de 23 km/s et à seulement 352 km d’altitude. Ce n’est que la troisième fois de l’histoire qu’une sonde passe si près d’Europe, située à 600 millions de kilomètres de la Terre et dont la taille équivaut à celle de la Lune.

Disponible sur notre boutique web et en kiosque (où nous trouver ?)

Ciel & espace n°585 et le hors-serie n°43

Le contraste entre la partie lumineuse, à droite de l’image et la partie dans l’ombre, à gauche, permet de faire ressortir les aspérités d’Europe, qui est pourtant l’objet céleste le plus lisse du Système solaire. La forme oblongue, juste à la droite de la ligne qui sépare le jour de la nuit, pourrait être un cratère d’impact dégradé, selon les premières analyses de l’image.

Les effets de marées gravitationnelles de l’immense Jupiter marquent Europe jusque dans sa surface. Elles craquellent sa croûte glacée, laissant apparaître fissures et stries. Stries qui font rêver les exobiologistes, puisqu’elles sont aussi en partie imputées à l’océan piégé sous la glace.

Europe, 22 ans après le passage de Galileo

Cela faisait plus de 20 ans qu’aucune sonde n’était venue aussi près d’Europe. La dernière fois, c’était la sonde Galileo, le 3 janvier 2000. Cette sonde était passée 1 kilomètre plus près de la surface que Juno.

Sur une vue d’Europe prise par Galileo, on retrouve la zone photographiée par Juno. Les planétologues vont donc pouvoir les comparer pour trouver d’éventuelles modifications de la surface au cours des deux dernières décennies.

À gauche, Europe vue par Galileo en 2014. À droite, par Juno en 2022. L’image est une mosaïque des différents clichés obtenus lors du survol. On y distingue certaines structures de la surface, comme la tache sombre et les zébrures qui l’entourent. © Nasa/JPL-Caltech/SETI Institute et Nasa/SwRI/MSSS.

De plus, durant le passage de Juno dans le voisinage d’Europe, les instruments et les capteurs de la sonde ont profité d’une fenêtre de 2 heures pour acquérir des données précieuses sur le satellite jovien. L’analyse de ces données lèvera sûrement quelques mystères sur la couche de glace et ce qui se cache en dessous. Et peut-être sur la potentielle habitabilité de l’océan subglaciaire d’Europe.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une fusion de galaxies sous l'oeil infrarouge du Webb

    Le James Webb Space Telescope a été utilisé pour observer la formation stellaire dans les galaxies lumineuses infrarouges. Dans II ZW 96, à 500 millions d'années-lumière de la Voie lactée, c'est la fusion de deux galaxies qui stimule les naissances.

  • Artemis 1 : le vaisseau Orion au plus loin de la Terre filme une éclipse

    La capsule Orion a accompli la moitié de sa mission Artemis 1. Ce faisant, le vaisseau de la Nasa a atteint son maximum de distance à la Terre, qu’il a vue disparaître un instant, éclipsée par la Lune.

  • Hubble dans les bras de NGC 7038

    L’équipe du télescope spatial Hubble diffuse une nouvelle image de la galaxie spirale NGC 7038, située à 200 millions d’années-lumière dans la constellation australe de l’Indien. Une vision hypnotisante !