Sur Europe, les glaces de surface révèlent un océan

Sur Europe, l'océan et la surface communiquent via des failles dans l'épaisse couche de glace. Crédit : NASA/JPL-Caltech.

Des échanges existent entre la surface et l'océan sous-glaciaire d'Europe. Une bonne nouvelle pour la recherche de vie sur la lune de Jupiter.

Le deuxième satellite galiléen de Jupiter est entièrement couvert de glace. Dans le but de comprendre quels sont les éléments, autres que la glace d'eau, qui constituent sa surface, Mike Brown, du Caltech et Kevin Hand, du JPL, l'ont cartographiée avec un spectrographe (un instrument capable de décomposer la lumière émise par les objets) branché sur le télescope Keck (Hawaï).


Un océan d'eau salée


Dans leurs données, les astronomes ont découvert une signature encore jamais vue à la surface, celle d'un sulfate de magnésium, plus précisément de l'épsomite. Or, d'après l'équipe, cet élément ne peut provenir que de l'océan, situé sous la croûte glacée, d'une épaisseur de 100km. C'est donc la preuve que des échanges ont lieu entre la surface et l'océan. L'équipe en déduit notamment que l'océan d'Europe doit être salé, tout comme les océans terrestres.


De grands lacs dans la croûte


Fin 2011, des chercheurs de l'université du Texas avaient déjà montré, grâce à des simulations numériques, que de tels échanges existaient. Pour eux, des remontées d'eau venant de lacs nichés dans l'épaisseur de la croûte d'Europe sont à l'origine de structures circulaires repérées, en surface, par la sonde Galileo au milieu des années 1990.


Une bonne nouvelle pour la vie


Ces découvertes suggèrent que l'eau salée de l'océan d'Europe peut s'enrichir des éléments minéraux de surface favorables à la vie, car éclairés par le Soleil. Mais aussi que, pour connaître la composition de l'océan d'Europe, il ne sera peut-être plus nécessaire de forer la glace ; un prélèvement d'échantillon en surface pourrait suffire.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La science ukrainienne entre en résistance

    Avant le début de la guerre, l’Ukraine comptait 80 000 scientifiques, dont des centaines d’astronomes. Certains sont contraints à l’exil, d’autres condamnés à rester sur place. Mais pour tous, le maître-mot est « résister ». Et pour ça, ils peuvent compter sur l’aide de collègues étrangers.

  • Découverte : on a retrouvé le cratère d’origine de la plus ancienne météorite martienne !

    Un fabuleux travail d'enquête a permis de retrouver l'origine sur Mars de la météorite Black Beauty, parmi les 94 millions de cratères que comptent la surface de la planète rouge.

  • La Corée du Sud vise la Lune

    Où se situe l’eau sur la Lune ? Quel est le terrain le plus propice pour atterrir ? La nouvelle mission lunaire qui doit être lancée jeudi 4 août par la Corée du Sud tâchera de répondre à ces questions, et à bien d’autres encore, en prévision de futures missions d'exploration.