Sur Europe, les glaces de surface révèlent un océan

Sur Europe, l'océan et la surface communiquent via des failles dans l'épaisse couche de glace. Crédit : NASA/JPL-Caltech.

Des échanges existent entre la surface et l'océan sous-glaciaire d'Europe. Une bonne nouvelle pour la recherche de vie sur la lune de Jupiter.

Le deuxième satellite galiléen de Jupiter est entièrement couvert de glace. Dans le but de comprendre quels sont les éléments, autres que la glace d'eau, qui constituent sa surface, Mike Brown, du Caltech et Kevin Hand, du JPL, l'ont cartographiée avec un spectrographe (un instrument capable de décomposer la lumière émise par les objets) branché sur le télescope Keck (Hawaï).


Un océan d'eau salée


Dans leurs données, les astronomes ont découvert une signature encore jamais vue à la surface, celle d'un sulfate de magnésium, plus précisément de l'épsomite. Or, d'après l'équipe, cet élément ne peut provenir que de l'océan, situé sous la croûte glacée, d'une épaisseur de 100km. C'est donc la preuve que des échanges ont lieu entre la surface et l'océan. L'équipe en déduit notamment que l'océan d'Europe doit être salé, tout comme les océans terrestres.


De grands lacs dans la croûte


Fin 2011, des chercheurs de l'université du Texas avaient déjà montré, grâce à des simulations numériques, que de tels échanges existaient. Pour eux, des remontées d'eau venant de lacs nichés dans l'épaisseur de la croûte d'Europe sont à l'origine de structures circulaires repérées, en surface, par la sonde Galileo au milieu des années 1990.


Une bonne nouvelle pour la vie


Ces découvertes suggèrent que l'eau salée de l'océan d'Europe peut s'enrichir des éléments minéraux de surface favorables à la vie, car éclairés par le Soleil. Mais aussi que, pour connaître la composition de l'océan d'Europe, il ne sera peut-être plus nécessaire de forer la glace ; un prélèvement d'échantillon en surface pourrait suffire.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.