En une année de photos, les satellites Sentinel-1 matérialisent l’autoroute maritime de la Manche

Crédit : ESA
Vus au radar par satellites, les navires qui transitent entre la France et l’Angleterre tracent une double ligne qui évoque le Brexit, en vigueur pour la nouvelle année.

Ce 31 décembre 2020 à minuit (23 h TU), le Royaume Uni quitte l’Union européenne. Une image prise par les deux satellites Sentinel-1A et 1B, du programme européen Copernicus, semble symboliser l’événement : il s’agit de l’accumulation d’images radar prises tout au long de l’année 2020 au-dessus de la Manche. Capable de voir à travers les nuages, le radar des Sentinel-1 permet de voir tous les navires qui transitent en permanence entre la France et l’Angleterre. En additionnant les photos, cela donne une matérialisation étonnante de cette route maritime parmi les plus fréquentées au monde… Et symboliquement, cette route évoque la séparation entre la Grande-Bretagne et le continent actée par le Brexit, qui devient une réalité dès la première seconde de 2021.

En 2019 déjà, l’agence spatiale européenne avait publié une image similaire qui cumulait des photos prises pendant trois ans, entre 2016 et 2018.

Sur celle de 2020, diffusée le 31 décembre sur Twitter par le journaliste Tim Wallace du New York Times, outre les cargos qui transitent dans la Manche, ont voit les ferries qui font les liaisons entre Calais et Douvres, mais aussi les parcs d’éoliennes installés en mer, qui dessinent des motifs géométriques.

L'autoroute maritime de la Manche comporte deux voies pour éviter les collisions entre les nombreux navires qui l'empruntent.
La mer du Nord est constellée d'installations prétolières et de parcs éoliens. Crédit : ESA.
Un zoom sur le parcé éolien du Belwind, au large des Pays bas révèle les 110 éoliennes installées en mer entre 2010 et 2017. Crédit : ESA.

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une fusion de galaxies sous l'oeil infrarouge du Webb

    Le James Webb Space Telescope a été utilisé pour observer la formation stellaire dans les galaxies lumineuses infrarouges. Dans II ZW 96, à 500 millions d'années-lumière de la Voie lactée, c'est la fusion de deux galaxies qui stimule les naissances.

  • Artemis 1 : le vaisseau Orion au plus loin de la Terre filme une éclipse

    La capsule Orion a accompli la moitié de sa mission Artemis 1. Ce faisant, le vaisseau de la Nasa a atteint son maximum de distance à la Terre, qu’il a vue disparaître un instant, éclipsée par la Lune.

  • Hubble dans les bras de NGC 7038

    L’équipe du télescope spatial Hubble diffuse une nouvelle image de la galaxie spirale NGC 7038, située à 200 millions d’années-lumière dans la constellation australe de l’Indien. Une vision hypnotisante !