Différence de vue entre les télescopes Hubble et James Webb sur la galaxie M 74

Crédit : NASA, ESA, CSA, STScI, Janice Lee (STScI), Thomas Williams (Oxford), PHANGS Team
Selon qu’elle est observée par le télescope Hubble ou par le télescope James Webb, une même galaxie présente un aspect tout à fait différent. L’exemple de la belle spirale M 74 le démontre parfaitement.

L’un voit ce que verrait l’œil humain. L’autre ne capte que la lumière infrarouge, qui nous est inaccessible. Entre les télescopes spatiaux Hubble et James Webb, la différence est là. Et elle se constate encore mieux quand, par un astucieux montage, on divise l’image d’une galaxie en deux. C’est ce qu’on fait les astronomes avec 19 galaxies relativement proches. Nous avons choisi l’une d’elles, NGC 628, mieux connue sous l’appellation de M 74, située à 32 millions d’années-lumière, dans la constellation des Poissons.

Poussières brillantes

Cette belle spirale avait déjà été photographiée en détail par le télescope Hubble (en bas à droite). La vision qu’en apporte le télescope James Webb change radicalement (en haut à gauche). Cela parce que les poussières interstellaires qui apparaissent sombres en visible, brillent en infrarouge. Elles sont en effet chauffées par le rayonnement des étoiles de la galaxie et émettent dans cette longueur d’onde. A contrario, l’émission infrarouge des étoiles est si faible que ces dernières sont quasiment éteintes.

Pour comparer les deux visions, le fait de partager la galaxie en deux parties égales est un excellent moyen. Car il permet de comprendre presque instantanément comment les mêmes structures prennent une apparence différente selon qu’elles sont observées par Hubble ou par le JWST.

 

Disponible sur notre boutique web et en kiosque (où le trouver ?)

Les aurores boréales, dossier spécial du Ciel & espace 593

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Des aurores boréales illuminent la nuit de façon spectaculaire

    Le 10 mai, dès la fin du crépuscule, des aurores boréales ont été visibles de façon spectaculaire depuis toutes les régions de France. Profitant d'un ciel parfaitement dégagé, de nombreuses personnes ont pu les admirer pendant de longues minutes. Notre collaborateur Emmanuel Beaudoin a saisi le phénomène en photo depuis les bords de la Loire.

  • Zoom inédit dans la Tête de Cheval

    Le télescope spatial James Webb vient de réaliser l’image la plus détaillée à ce jour d’une portion de la nébuleuse de la Tête de Cheval, dans la constellation d’Orion.

  • Un petit haltère sous l’œil du télescope Hubble

    Pour fêter sa 34e année en orbite, le télescope Hubble a été pointé vers Messier 76, une nébuleuse planétaire aussi connue sous le nom de nébuleuse du Petit Haltère (Little Dumbbell Nebula), située à 3400 années-lumière de la Terre.