DART a bel et bien dévié l’astéroïde Dimorphos !

Dimorphos après l'impact vu par Hubble. © NASA/ESA/STScI/Hubble
Selon des premières observations, la sonde kamikaze, qui a percuté sa cible le 27 septembre dernier, a bien réussi à en dévier la trajectoire.

Les astronomes n’en attendaient pas tant ! Trente-deux minutes, c’est le changement de période qu’aurait infligée la sonde américaine DART à l’astéroïde Dimorphos en le percutant à 23 000 km/h. Celui-ci orbite autour d’un autre astéroïde, Didymos, dont il fait maintenant le tour tous les 11h23 contre 11h55 avant l’impact. Un changement d’orbite impressionnant, qui dépasse de 26 fois l’objectif minimum de 73 secondes que s’était fixée l’équipe de la mission.

Ce 11 octobre l'agence italienne a d'ailleurs diffusé une vidéo de l'impact vu par son satellite LICIACube :

Pour mesurer ce changement d'orbite, les astronomes de la NASA ont scruté la luminosité du couple Didymos-Dimorphos à l’aide de nombreux observatoires terrestres. À chaque orbite, les astéroïdes projettent mutuellement leur ombre l’un sur l’autre. Depuis la Terre, on observe une baisse de luminosité à intervalles réguliers, et la durée de ces intervalles donne la période avec laquelle Dimorphos orbite autour de Didymos. Une diminution de 32 minutes est constatée, avec une incertitude de plus ou moins 2 minutes.

Confirmation radar

Des images radar obtenus par le Goldstone Planetary Radar (Californie) et l’observatoire Green Bank (Virginie) début octobre viennent appuyer ces conclusions. Elles montrent les deux astéroïdes, et permettent de comparer la position de Dimorphos autour de Didymos avec celle où il aurait dû être si DART ne l’avait pas percuté.

Images radar du couple d'astéroïdes les 4 et 9 octobre. La bande de pixel blanc correspond à Didymos. Le cercle bleu est la position de Dimorphos si DART ne l'avait pas impacté, et le cercle vert est sa position réelle. © NASA/Johns Hopkins APL/JPL/NASA JPL Goldstone Planetary Radar/National Science Foundation’s Green Bank Observatory 

De futures observations permettront d’en savoir plus sur le couple d’astéroïdes et les effets causés par l’impact de la sonde, en attendant une visite sur place de la mission européenne Hera en 2026.

Lancée par une fusée Falcon 9 le 24 novembre 2021, DART avait pour mission de percuter un astéroïde pour tester les capacités de l’humanité à se défendre contre un éventuel impact planétaire. Plus de 28 000 astéroïdes géo-croiseurs, qui croisent l’orbite de la Terre, ont été recensé. Les données issues de la mission DART permettront de mieux connaître leur nature et la façon de s’en protéger.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous