Borisov, la comète qui vient d’ailleurs, porte officiellement le nom de son découvreur

La comète Borisov découverte le 30 août 2019 est désormais classée comme un objet interstellaire par l’Union astronomique internationale. L’institution a par la même occasion changé le nom de l’objet, conformément à la nomenclature.

La comète découverte le 30 août 2019 par Gennady Borisov s’appelle désormais « 2I/Borisov ». Le « I » indique qu’il s’agit d’un objet interstellaire, c’est-à-dire qui vient de l’espace interstellaire, et non du Système solaire. C’est le deuxième objet interstellaire répertorié après Oumuamua découvert en 2017 et nommé officiellement 1I/’Oumuamua.

Il existe maintenant cinq catégories de comètes dans la nomenclature de l’UAI. Elles peuvent aussi être nommées C/ lorsqu’il s’agit d’objets périodiques dont la période excède 200 ans. Quand celle-ci est plus courte, le nom commence par P/. Deux autres catégories existent : D/ lorsque l’objet disparaît, et X/ si l’orbite n’a pas pu être déterminée. 

Une comète porte le nom de son découvreur

Il est intéressant de noter que, pour les objets interstellaires, l’Union astronomique internationale a conservé la règle qui prévaut pour les corps du Système solaire : une comète porte le nom de son découvreur, en l’occurrence celui de l’Ukrainien Guennady Vladimirovitch Borissov.

Oumuamua en revanche est un astéroïde. La règle est différente. Dans un premier temps, son orbite laissait penser qu’il s’agissait d’une comète, il a donc été désigné C/2017 U1 Panstarrs, nom du programme à l’origine de la détection. Mais cette désignation n’a tenu qu’une semaine, le temps que les astronomes affinent l’orbite et constatent l’absence d’activité cométaire détectable. C’est donc un astéroïde et comme pour ceux du Système solaire, le découvreur ne peut pas donner son nom à l’objet. Il conserve toutefois la prérogative de le baptiser s’il le souhaite.


À lire également au sujet de la comète Borisov : Comment intercepter la première comète interstellaire

 

Disponible en kiosque ou sur notre boutique web

le magazine Ciel & espace n°567, d’octobre-novembre 2019

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Podcast : De l'inerte au vivant, une transition mystérieuse

    La Terre reste la seule planète connue à ce jour où la vie est apparue, il y a environ 4 milliards d'années. Comment la chimie a créé la vie, sur une planète alors bien différente d'aujourd'hui ? Pour notre deuxième épisode de la série "L’origine de la vie", nous recevons les chimistes Juan Fontecilla et Yannick Vallée.

  • Podcast : Aux origines de la vie, l'héritage des étoiles

    Comment les molécules de base du vivant ont-elles été incorporées à notre planète ? Et d’où venaient-elles ? Avec les astrophysiciens Cecilia Ceccarelli et Pierre Beck, premier épisode de notre série de dix podcasts consacrée à l’origine de la vie...

  • Archive Podcast : Comment se débarrasser des débris spatiaux ?

    Le 10 février 2009, les satellites de télécommunication Iridium-33 et Kosmos-2251 entraient en collision à plus de 40 000 km/h à 800 km au-dessus de la Sibérie. Une première. En septembre 2010, nous recevions l'expert au Cnes de la question des débris spatiaux, Christophe Bonnal. Les solutions qu'il présentait alors pour enrayer le problème restent d'actualité.