Comment intercepter C/2019 Q4 Borisov, la première comète interstellaire ?

La comète interstellaire C/2019 Q4 (Borisov) photographiée par le télescope Gemini. © Gemini Observatory
Malgré sa vitesse phénoménale de 110 000 km/h, la comète interstellaire C/2019 Q4 découverte le 30 août 2019 par Gennady Borisov pourrait être interceptée par une sonde spatiale. Si nous l’avions repérée plus tôt, nous aurions même pu l’atteindre dès le mois prochain...
« Avec une fusée Falcon Heavy de SpaceX, tirée en juillet 2018, nous aurions pu envoyer une sonde de 2 tonnes vers la comète Borisov. Elle l’aurait croisée ce mois d’octobre. » Avec Adam Hibberd et Nikolaos Perakis, de l’Initative for Interstellar Studies, Andreas Hein a calculé toutes les trajectoires possibles pour une sonde qui, lancée depuis la Terre avec la technologie existante, parviendrait à atteindre la comète C/2019 Q4.

Repérée le 30 août 2019 par l’astronome amateur Gennady Borisov, il s’agit de la toute première comète interstellaire jamais découverte ! Un petit corps de quelques kilomètres venu d’un autre système planétaire, et qui a probablement voyagé pendant des millions d’années pour arriver jusqu’à nous. La comète Borisov fonce...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.