Bientôt 1000 exoplanètes au compteur !

Les planètes découvertes en dehors du Système solaire depuis 1995 ont révélé une diversité inattendue. ©O. Hodasava/Ciel et Espace

La barre des mille exoplanètes découvertes est en passe d'être franchie. À ce jour, 986 planètes extrasolaires figurent au tableau de chasse des astronomes.

Depuis qu'en octobre 1995, Michel Mayor et Didier Queloz ont mis la main sur la planète géante gazeuse 51 de Pégase b, la première exoplanète gravitant autour d'une étoile de type solaire, 986 exoplanètes ont été découvertes. Au rythme où vont les détections, 5 par mois en moyenne, le nombre 1000 devrait être atteint avant la fin de l'année 2013.

Ciel & Espace dédié à l'incroyable moisson


Dans le mensuel Ciel & Espace d'octobre 2013, actuellement en kiosque, le sujet de couverture est justement consacré à cet impressionnant échantillon de nouveaux mondes (voir photo au bas de l'article).

Toujours pas d'exo-Terre

Vous pourrez notamment y lire que la sœur jumelle de la Terre, tant promise depuis des années, n'a toujours pas été trouvée. Certes, quelques planètes gravitent dans la zone habitable de leur étoile, c'est-à-dire là où il ne fait ni trop chaud, ni trop froid pour que l'eau puisse exister à l'état liquide, mais elles ne sont pas habitables pour autant !

Même Gliese 667 Cc et Kepler 62e, les plus petites d'entre elles, ne peuvent pas être qualifiées d'habitables : environ deux fois plus grandes que la Terre, elles sont peut-être recouverte d'une monumentale atmosphère, incompatible avec la vie, telle des mini Neptune.


Des milliards de planètes habitables dans la Voie Lactée

Mais ces planètes habitables existent, les astronomes en sont persuadés. Ils estiment que 40% des étoiles M, qui représentent 80% des étoiles de la Voie Lactée, abritent des planètes de moins de 10 masses terrestres dans la zone habitable.

Même s'ils se trompent d'un facteur 10, et que parmi elles, il ne faut retenir que les planètes de 1 masse terrestre, cela fait tout de même des milliards de planètes habitables dans la galaxie...

Pour mettre la main sur ces corps prometteurs, la relève est assurée : plusieurs missions innovantes sont actuellement à l'étude, à l'ESA comme à la Nasa, et s'envoleront dans la décennie à venir.


Un échantillon très éclectique

Dans Ciel & Espace, vous découvrirez aussi que lorsque la quête a commencé, au début des années 1990, les astronomes ne s'attendaient pas à une telle avalanche de découvertes. Et pour cause : ils pensaient détecter avant tout des planètes semblables à Jupiter, dont l'existence est difficile à confirmer tant leur période de révolution (plusieurs années) est longue.

Et surprise : ils ont trouvé des planètes que personne n'avait osé imaginer : des « Jupiter chaudes » naviguant en seulement quelques jours autour de leur étoile.

De leur avis, c'est donc parce que la population des planètes est beaucoup plus éclectique que prévu que leur quête a si vite abouti, et que la recherche dédiée aux exoplanètes est soudainement devenue si active.

Retrouvez Ciel & Espace du mois d'octobre en kiosque ou en kiosque numérique

Credit : O. Hodasava/Ciel et Espacel

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.