Des bactéries survivent pendant 3 ans dans l’espace

De 2015 à 2018, des colonies d’une bactérie réputée extrêmophile ont été exposées au vide de l’espace. Une fois de retour sur Terre, nombre d’entre elles étaient encore vivantes.

Pour survivre dans l’espace, certaines espèces n’ont pas besoin de combinaison spatiale. C’est le cas de Deinococcus radiodurans, une bactérie revenue saine et sauve d’un séjour de 3 ans passé sur les parois externes de la station spatiale internationale (ISS). Rentrées sur Terre le 2 août 2018 à bord d’un vaisseau Dragon de l’entreprise Space X, les colonies de bactéries ont depuis été analysées par des chercheurs de l’université de Tokyo. Dans une publication parue le 26 août 2020, ces derniers ont indiqué que parmi les dizaines d’échantillons qu’avaient préparés l’astronaute Scott Kelly en 2015, ceux d’une épaisseur supérieure à un demi-millimètre avaient survécu.

Ces puits de 2 mm de diamètre contenant les colonies de bactéries (à gauche) ont été fixés sur un support (à droite) à l'extérieur de l'ISS. © Y. Kawaguchi et al

À la surface de chaque petite pastille large de 2 mm, les bactéries exposées directement au rayonnement UV du Soleil sont mortes. Mais elles ont servi de barrière protectrice à leurs consœurs en dessous. Dans les années 1990, un autre microbe baptisé Bacillus subtilis avait survécu à 6 ans d’exposition spatiale, à bord du satellite Long Duration Exposition Facility de la Nasa. Cette fois-ci néanmoins, les chercheurs estiment avoir poussé plus loin leur expérience, baptisée Tanpopo (pour « pissenlit » en japonais). En ayant récupéré d’autres échantillons intermédiaires, après 1 puis 2 ans d’exposition seulement, ils ont pu extrapoler la durée ultime de survie des bactéries sur les flancs de l’ISS : entre 15 à 45 ans. Et entre 2 et 8 ans dans le cas de petites colonies de bactéries qui flotteraient librement dans l’espace interplanétaire, donc en l’absence des parois protectrices de l’ISS.

Fuite de vie entre planètes

Un temps trop court pour rallier une autre planète depuis la Terre ? Pas forcément, d’après la publication de l’équipe de Yuko Kawaguchi. Pour une météorite voyageant entre Mars et la Terre par exemple, le périple peut durer jusqu’à des millions d’années. Mais certaines roches, bien que statistiquement moins nombreuses, complètent le voyage en quelques années seulement. La survie des bactéries dans l’espace laisse ainsi entrouverte l’hypothèse d’un transfert de vie d’un monde à un autre. Une théorie formulée sous le nom de « panspermie » en 1908, par le prix Nobel de chimie suédois Svante Arrhenius. Que ce soit à dos de météorites éjectées lors d’impacts (« lithopanspermie ») ou sous la forme de petites colonies de bactéries agglomérées (« massapanspermie »), les mesures réalisées sur Deinococcus radiodurans permettent de mieux calculer les chances qu’ait déjà eu lieu une telle fuite de vie entre planètes. Une théorie jugée farfelue pour les uns, pas impossible pour les autres. En avril 2020, les chercheurs Amir Siraj et Avi Loeb estimaient le nombre d’astéroïdes déjà venus raser notre atmosphère, et qui auraient collecté au passage des bactéries en suspension à haute altitude – ce qui est le cas pour certaines espèces de la famille Deinococcus. Résultat : entre 10 et 1000 potentiels porteurs de vie sillonneraient notre système solaire…

À lire sur le même sujet : Exploration martienne : la Nasa veut assouplir ses règles anti « pollution planétaire »

 

À découvrir en kiosque cet été ou sur notre boutique en ligne

• Débuter en astronomie, avec une carte du ciel et de la Lune

Ciel & espace n°572 : Les 12 énigmes pour le 21e siècle

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.