Xavier Pasco : « La Nasa ne sait plus pourquoi elle est là »

Xavier Pasco, expert des activités spatiales. © P. Henarejos/C&E et Nasa
À l’heure où la Maison-Blanche vient de publier sa proposition de budget 2019 pour la Nasa, l’agence spatiale américaine subit une crise plus profonde, existentielle. C’est l’analyse de Xavier Pasco, spécialiste des questions spatiales à la Fondation pour la recherche stratégique.
Le 20 février 2018, l’administrateur de la Nasa, Robert Lightfoot, a annoncé peu avant l’ouverture d’une nouvelle séance du Conseil national de l’espace (le 21 février) que des Américains se poseraient à nouveau sur la Lune à la fin des années 2020. Des études vont en effet être lancées pour demander à l’industrie privée, de proposer de petits atterrisseurs qui déboucheront sur la conception d’un module lunaire de plus grande capacité. Celui-ci, lancé à partir de la future station orbitale lunaire Deep Space Gateway, devrait donc permettre à des humains de fouler le sol de notre satellite plus d’un demi-siècle après la dernière mission Apollo.

Le vice-président Mike Pence, le 21 février 2018, lors de la deuxième réunion du Conseil national de l’espace,
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.