Vidéo : la comète Panstarrs et la Terre saisies par Stereo

Le petit point brillant à droite de la comète Panstarrs est la Terre. Le Soleil est sur la gauche, on voit de la matière coronale éjectée en haut à gauche. Crédit : NASA/STEREO.

Le satellite Stereo a vu passer la comète Panstarrs dans le champ qu'il observe autour du Soleil.

Ses images, mises bout à bout, montrent l'astre, ainsi que la Terre, se déplacer sur fond d'étoiles. La comète, bien visible de l'hémisphère Nord depuis le 12 mars 2013, reste observables aux jumelles, le soir en direction de l'ouest, après le coucher du Soleil.


La comète vue avec la Terre depuis l'espace
Le satellite Stereo B a vu la comète. Il forme, avec Stereo A, un duo de sondes spatiales de la Nasa capables de voir la « face cachée » du Soleil.

L'une de ses caméras à grand champ a produit une série de clichés extraordinaires montrant l'évolution de la comète. Le point le plus lumineux que l'on voit sur la droite de l'image... c'est nous, autrement dit, la Terre.

Au début de l'animation, on voit sur la gauche, tout près du Soleil, un autre point se déplacer en sens rétrograde par rapport aux étoiles. Il s'agit de la planète Mercure. Ces images attestent de la luminosité exceptionnelle de la comète Panstarrs.

Le capteur du satellite est tellement saturé par le noyau de la comète, qu'une bande noire se dessine sur les colonnes où se forme son image. Si nous avions pu observer la comète dans un ciel noir, elle aurait produit un grand spectacle malgré ses deux points de magnitude en moins par rapport aux prévisions.


L'animation ci-dessous réalisée par nos soins à partir des images brutes de Stereo montre l'évolution de la comète ces dernies jours. La résolution des dernière images est dégradée.

Le diagrame ci-dessous montre que Panstarrs est entre la Terre et Stereo B le 15 mars. En fait le satellite est un peu plus proche de la comète, et celle-ci passe entre le satellite et la Terre.

La visiteuse du crépuscule
De soir en soir, la comète Panstarrs gagne en hauteur dans le ciel du crépuscule. Dans le même temps, son éclat diminue. Passée au plus près du Soleil le 7 mars 2013, elle a atteint son éclat maximal depuis la Terre le 10 mars. Le week-end des 16 et 17 mars, sa magnitude est voisine de 2 à 2,5.

Elle a pris un peu de hauteur depuis sa rencontre avec la Lune le 13 mars. Elle peut donc toujours être débusquée aux jumelles. Il faut la chercher dans la direction de l'ouest. Trois quarts d'heure après le coucher du Soleil, vous avez une chance de la trouver aux jumelles.

Un peu plus tard, un bon ciel permet de la détecter à l'œil nu. Pour en savoir plus sur l'observation de la comète, voire notre événement du 8 mars, ainsi que notre article dans le numéro de mars de Ciel & Espace.

Ci-dessous : la carte pour le 16 mars 2013. La longueur de la queue est exagérée.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La liste des 722 villes et villages étoilés de France devrait bientôt s’allonger

    L’ANPCEN, association qui milite pour la protection du ciel nocturne, a lancé en juin l’édition 2024 de son concours « villes et villages étoilés ». 722 communes ont déjà obtenu ce label par le passé. Nous en publions la liste intégrale, retrouvez-les sur notre carte !

  • Destruction en vol d’une Falcon 9 de SpaceX : quelles conséquences ?

    Dans la nuit du 11 au 12 juillet, le deuxième étage de la fusée Falcon 9 s’est endommagé juste avant la mise sur orbite de ses satellites. Ce premier échec depuis 2016 n’est pas sans répercussion sur un calendrier chargé de lancements, parmi lesquels des vols habités prévus dès cet été.

  • To the Moon, le film qui ne choisit pas

    L’État américain aurait imposé à la Nasa de tourner en studio les premiers pas sur la Lune de Neil Armstrong, pour que la victoire par l’image sur les Russes soit totale. Tel est le propos de « To the Moon », qui sort dans les cinémas en France le 10 juillet ; un film présenté comme une comédie, mais qui oscille entre plusieurs genres sans jamais choisir.