Vénus et l’avion de ligne

Ce fin croissant, c’est Vénus. © Sébastien Lebrigand
Alors que la planète Vénus passe au plus près de la Terre, un avion de ligne a été saisi juste à côté de son fin croissant. Une photo rare !

Les passagers de cet Embraer 195 ne se sont naturellement pas doutés qu’ils ont pris part, l’espace d’une seconde, à une étonnante conjonction avec la planète Vénus. Mais, ce 16 mars 2017 au crépuscule, le photographe Sébastien Lebrigand était à l’affût avec sa lunette de 100 mm et son reflex numérique et il n’a pas manqué cet instant fugitif où l’avion de ligne est venu caresser le croissant vénusien. Habitué des rencontres entre des avions et la Lune, l’astronome amateur a produit là un cliché étonnant et rare.

Jumelle infernale de la Terre, Vénus a été visible à l’œil nu dans le couchant au cours de ces derniers mois. Maintenant, elle semble se rapprocher du Soleil en même temps que sa phase se transforme en croissant de plus en plus fin. Le 22 mars 2017, elle n’est plus qu’à 10° du Soleil, ce qui permet, exceptionnellement, de l’observer à la fois le soir juste après le coucher de l’astre du jour, et le matin, juste avant son lever.

Vénus est actuellement la planète la plus proche de la Terre et une simple paire de jumelles suffit pour admirer son beau croissant.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.