Une supernova filmée pendant trois mois

Juste au dessus du centre de la galaxie NGC 1365, la supernova SN 2012fr vue à deux dates différentes. Crédit : ESO/IRAP-CNRS-UPS/A.Klotz

Le télescope robotisé Tarot a suivi pendant trois mois la hausse d'éclat puis l'extinction de la supernova SN 2012fr. Une vidéo diffusée par l'ESO montre cette évolution entre le 28 octobre 2012 et le 17 janvier 2013.

Une découverte française au Chili

SN 2012fr a été découverte le 27 octobre 2012 dans la galaxie spirale NGC 1365 (constellation du Fourneau) par l'astronome français Alain Klotz. Il était en train de mesurer la variation d'éclat d'une étoile variable sur une image de Tarot (Télescope à action rapide pour les objets transitoires), installé à l'observatoire de La Silla (Chili), lorsqu'il remarqua la présence d'un nouvel astre dans la galaxie éloignée de 60 millions d'années-lumière.

SN 2012fr a atteint son éclat maximum le 11 novembre 2012, devenant facilement visible dans un télescope d'amateur. Il s'agissait d'une supernova de type « Ia », dans laquelle une étoile naine blanche s'effondre sous son propre poids et explose après avoir absorbé la substance d'une étoile compagnon.

Jalons dans l'univers

Les supernovae de type Ia sont de précieux outils pour les astronomes. Leur éclat maximum étant directement lié à la vitesse avec laquelle elles apparaissent et disparaissent, il est possible de les utiliser comme indicateur de distance dans l'univers. C'est grâce à elles, qu'en 1998, les astronomes se sont rendu compte que l'expansion de l'univers s'accélérait.

Loading player...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matériel d'observation : l'indispensable guide d'achat

    Nous venons de publier une nouvelle édition numérique du numéro spécial matériel #2 regroupant nos tests de lunettes, de montures, d’oculaires et de jumelles. En tout, vous retrouverez 90 tests de matériel à travers les deux numéro spéciaux, le 1er est consacré aux télescopes. Ils sont accessibles sur notre site web ou dans notre application « Ciel et Espace, Le + »

  • Un nouveau scénario pour l’origine des anneaux de Saturne

    Depuis que la composition et la masse des anneaux de Saturne sont mieux connues, grâce notamment à la sonde Cassini, les astronomes multiplient les modèles pour décrire leur formation. Mais aussi leur âge. Un chercheur de l’université de Toronto s’y colle cette fois avec, au départ de tout, une collision entre un satellite de Saturne et une comète.

  • L’insoutenable gravité de l’Univers, expliquée par Gabriel Chardin

    La gravitation reste une énigme. Elle résiste toujours à la physique quantique, qui décrit l’infiniment petit… Et si l’antimatière était la clé du mystère, comme le propose le théoricien Gabriel Chardin ?