Une planète de diamant autour d’un pulsar

Vue d'artiste d'un pulsar accompagné d'une naine blanche ou d'une planète de diamant. Crédit : S. Numazawa/APB/Ciel et Espace Photos

L'étrange corps céleste qui gravite autour du pulsar PSR J1719-1438 est une ancienne étoile devenue planète. Par sa masse (environ 300 fois celle de la Terre), il équivaut à Jupiter, la plus grosse planète du Système solaire. Par sa taille (cinq fois le diamètre de la Terre), il correspond à une énorme planète tellurique. Sa masse volumique révèle qu'il s'agit d'une sphère extrêmement compacte composée exclusivement de carbone et d'oxygène. Bref, pour l'essentiel, c'est un gigantesque diamant.

Un pulsar chronométré
La découverte, publiée dans la revue Science, revient à une équipe internationale d'astronomes qui étudiait les pulsars à l'aide de radiotélescopes. Ces astres compacts, seuls vestiges d'étoiles massives ayant explosé en supernovae, sont des sphères de 20 à 30 km de diamètre pour une masse supérieure à celle du Soleil (plus de 300000 fois celle de la Terre). On les nomme aussi étoiles à neutrons.

Par leurs pôles, elles émettent de puissants jets de matière aisément détectables en radio. En tournant sur elles-mêmes, elles balayent l'espace de ces jets, ce qui donnent l'impression aux observateurs qu'elles pulsent (d'où leur nom de pulsar).

C'est en mesurant très précisément la période de rotation du pulsar PSR J1719-1438, situé à 4000 années-lumière de la Terre dans la constellation du Serpent, que les astronomes ont décelé la présence d'un corps gravitant autour de lui.

Une ex-naine blanche
De nombreuses observations menées avec des radiotélescopes et des télescopes optiques ont permis aux astrophysiciens de calculer qu'un corps de 60000 km de diamètre pour une masse de 300 fois celle de la Terre est satellisé autour du pulsar. Situé à 600000 km de l'astre compact, il met seulement deux heures et dix minutes à boucler une révolution.

Ce corps aux mensurations étonnantes a toutes les caractéristiques d'une naine blanche, sauf sa masse bien trop petite. Les scientifiques en déduisent donc qu'il s'agit d'une naine blanche à laquelle le pulsar a arraché beaucoup de matière, au point de la transformer en un objet de masse planétaire.

La vidéo ci-dessous permet de visualiser les caractéristiques de ce système stellaire étonnant.

Diamant inaccessible
La planète de diamant qui accompagne le pulsar binaire PSR J1719-1438 peut faire rêver... Mais seulement rêver. Car outre son éloignement, le milieu dans lequel elle se trouve est extrêmement nocif. En effet, le pulsar émet de grandes quantités de rayonnements X et gamma parfaitement hostiles susceptible d'irradier mortellement tout être vivant. Enfin, la surface de la planète est très vraisemblablement surchauffée (comme l'est une naine blanche), ce qui rend impossible tout atterrissage...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matériel d'observation : l'indispensable guide d'achat

    Nous venons de publier une nouvelle édition numérique du numéro spécial matériel #2 regroupant nos tests de lunettes, de montures, d’oculaires et de jumelles. En tout, vous retrouverez 90 tests de matériel à travers les deux numéro spéciaux, le 1er est consacré aux télescopes. Ils sont accessibles sur notre site web ou dans notre application « Ciel et Espace, Le + »

  • Un nouveau scénario pour l’origine des anneaux de Saturne

    Depuis que la composition et la masse des anneaux de Saturne sont mieux connues, grâce notamment à la sonde Cassini, les astronomes multiplient les modèles pour décrire leur formation. Mais aussi leur âge. Un chercheur de l’université de Toronto s’y colle cette fois avec, au départ de tout, une collision entre un satellite de Saturne et une comète.

  • L’insoutenable gravité de l’Univers, expliquée par Gabriel Chardin

    La gravitation reste une énigme. Elle résiste toujours à la physique quantique, qui décrit l’infiniment petit… Et si l’antimatière était la clé du mystère, comme le propose le théoricien Gabriel Chardin ?