Une photo exceptionnelle de l’éclipse totale du 14 décembre

Les ombres volantes photographiées un instant avant la totalité de l'éclipse du 14 décembre 2020. Crédit : Andreas Möller/hight-iso.de
Andreas Möller a pris une photo exceptionnelle de l’éclipse totale de Soleil depuis la Patagonie. Exceptionnelle a plus d’un titre car il fallait de la volonté pour y accéder malgré la pandémie. Mais surtout l'amateur est parvenu, à l’aide d’un voile nuageux, à capter les fameuses ombres volantes.

Pour tous les chasseurs d’éclipses, celle du 14 décembre 2020 était en ligne de mire comme l’une des plus faciles d’accès avec celle de 2017 des États-Unis. Elle avait lieu en effet sur un vaste territoire en traversant le Chili et l’Argentine. Hélas, la pandémie a contraint les candidats au voyage à renoncer à leurs plans. Tous ? Pas tout à fait : « L’Argentine a délivré une permission spéciale à 180 personnes, et l’agence Astro-trails par laquelle je suis passé en a obtenu quelques-unes », explique Andreas Möller.

L’astrophotographe allemand a observé le phénomène avec quelques passages nuageux depuis Neuquén, à l’extrémité nord-ouest de la Patagonie. Il nous a transmis deux images prises avec un téléobjectif de 400 mm. L’une obtenue au moment de la totalité montre parfaitement la couronne solaire avec de belles extensions équatoriales propres aux éclipses de minimum solaire.

La couronne solaire vue au moment de la totalité depuis l'Argentine. © Andreas Möller/hight-iso.de

L’autre photo réalisée un instant avant la totalité est voilée de nuages. C’est un gros plus sur cette image car d’innombrables stries se dessinent sur les nuages. Il s’agit d’un phénomène connu : les ombres volantes. C’est une matérialisation de la turbulence atmosphérique sur la lumière émise par le tout dernier rayon de Soleil visible, lorsqu’il devient ponctuel optiquement. Pour mieux comprendre le phénomène, pensez simplement aux étoiles brillantes que l’on voit scintiller dans le ciel. Pour un observateur donné, leur lumière est parfois concentrée par la turbulence, parfois diminuée.

Ces zones de plus forte et de plus faible luminosité ondulent à haute vitesse et prennent une forme de stries parallèles car la turbulence est liée aux vents. C’est ce motif que l’on retrouve dessiné sur les nuages. Il faut donc imaginer qu’en temps réel, ces ombres dansaient rapidement. Le phénomène ne dure que quelques secondes avant l’éclipse. Il faut donc savoir déclencher à l’instant décisif.

 

Actuellement en kiosque

 

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Des aurores boréales illuminent la nuit de façon spectaculaire

    Le 10 mai, dès la fin du crépuscule, des aurores boréales ont été visibles de façon spectaculaire depuis toutes les régions de France. Profitant d'un ciel parfaitement dégagé, de nombreuses personnes ont pu les admirer pendant de longues minutes. Notre collaborateur Emmanuel Beaudoin a saisi le phénomène en photo depuis les bords de la Loire.

  • Zoom inédit dans la Tête de Cheval

    Le télescope spatial James Webb vient de réaliser l’image la plus détaillée à ce jour d’une portion de la nébuleuse de la Tête de Cheval, dans la constellation d’Orion.

  • Un petit haltère sous l’œil du télescope Hubble

    Pour fêter sa 34e année en orbite, le télescope Hubble a été pointé vers Messier 76, une nébuleuse planétaire aussi connue sous le nom de nébuleuse du Petit Haltère (Little Dumbbell Nebula), située à 3400 années-lumière de la Terre.