Une nouvelle image de Yutu 2

Yutu 2 face à une pierre sur la Lune. Crédit : CNSA
Après un sommeil de deux semaines, le rover lunaire chinois Yutu 2 reprend du service. L’agence spatiale chinoise vient de publier une nouvelle image.

La photo communiquée par l’agence spatiale chinoise (CNSA) révèle, face au rover, une pierre de 20 cm de diamètre qu’il a analysé. C’est la plus grosse que Yutu 2 ait rencontrée à ce jour.

Il a fallu attendre la fin de la nuit lunaire, correspondant à deux semaines terrestres, pour que le petit patrouilleur reprenne son étude des pierres qui couvrent le sol lunaire. Yutu 2 s’était arrêté après avoir parcouru la distance record de 127 m.

C’est la première fois qu’un engin spatial explore la face cachée de la Lune. La Chine, qui communique assez peu, a rappelé hier que les données collectées par sa mission Chang’e 4 et son rover seraient graduellement partagées à la communauté internationale.

 

Pour en savoir plus sur Yutu 2, reportez-vous à notre article dans le Ciel & espace n°564, disponible sur notre boutique ou en kiosque à partir du 15 mars.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le chantier du Thirty Meter Telescope à nouveau bloqué à Hawaï

    Plusieurs centaines de manifestants empêchent le début de la construction du télescope de 30 m américain, dont les travaux devaient se poursuivre à partir du 15 juillet 2019.

  • L’Inde reprogramme le lancement de sa sonde lunaire Chandrayaan-2

    Un incident technique l’ayant clouée au sol le 14 juillet 2019, la mission lunaire Chandrayaan-2 devrait finalement décoller lundi 22 juillet. Son rover doit permettre à l’Inde de devenir la quatrième nation à s’être posée sur la Lune.

  • SpaceX expose les raisons de l’explosion de sa capsule Dragon

    Le 20 avril 2019, la capsule Dragon de SpaceX explosait lors de tests au sol. Depuis, aucune information n’avait filtré sur les causes de cet échec. L’annonce a eu lieu le 15 juillet que la fuite d’un composant aurait provoqué une réaction en chaîne à l’origine du désastre. De quoi remettre en cause l’envoi d’astronautes sur l’ISS, prévu pour la mi-septembre…