Une île mystérieuse sur Titan

La région de Ligeia Mare sur Titan. ©Nasa/JPL-Caltech/Cornell University.

Entre 2009 et 2013, une grande île semble être apparue dans l'une des étendues d'hydrocarbures liquides à la surface du plus gros satellite de Saturne.

En comparant les images prises par la sonde Cassini en juillet 2013 aux observations de 2007 et 2009, des astronomes de l’université Cornell (Etats-Unis) ont en effet remarqué l'apparition d'une grande île dans Ligeia Mare, le deuxième plus grand lac de Titan.

Un objet non identifiable

Quelques jours après, cette formation avait disparu à nouveau. Jason D. Hofgartner et son équipe ont photographié la région de Ligeia Mare 16 jours plus tard, le temps d'une révolution de Titan autour de Saturne. L'objet n'aurait en réalité rien à voir avec une île : « Ce phénomène ne peut pas être dû aux marées, explique Jason D. Hofgartner, sinon l'objet aurait été présent sur les toutes dernières images également, puisqu'elles ont été prises lors de la même phase de marée ».

Les scientifiques se penchent donc sur d'autres hypothèses : des vagues provoquées par les vents de l'hémisphère nord, des bulles de gaz ou des objets solides remontés à la surface, ou bien une sorte de vase qui flotterait sur le lac. « De futures observations nous permettront certainement de découvrir laquelle de ces théories est exacte », annonce Jason D. Hofgartner.

Un astre encore mystérieux

Des phénomènes géologiques semblables à ceux qui peuvent se produire sur Terre ont déjà été observés à la surface glacée de Titan. Sauf que sur Titan, la température est de -180°C et que l'eau reste glacée (elle fait office de roche) et que les seuls liquides possibles sont le méthane et l'éthane qui, à la manière de l'eau sur Terre, remplissent des lacs et des mers.

Depuis 2004, Cassini a survolé Titan de nombreuses fois et ses images radar ont permis de voir à travers son épaisse atmosphère. Ses lacs d'hydrocarbures ont notamment été cartographiés fin 2013. Ses observations ont aussi soulevé de nouvelles énigmes, comme celle du cryovolcanisme. Mais là encore, le monde de Titan reste trouble.

Changement climatique

On sait cependant qu'il existe trois saisons sur Titan, qui est incliné sur son orbite, au cours desquelles la couche nuageuse du satellite se transforme. Et ce phénomène récent pourrait bien être la marque d'un changement de saison : « Titan se situe actuellement entre l'équinoxe de printemps et le solstice d'été. L'énergie du Soleil est accrue et provoque d'importants changements à sa surface », précise Jason D. Hofgartner.

L'île apparaît à gauche sur l'image de juillet 2013 (à gauche), et disparaît 16 jours plus tard (à droite).

L'"île" apparaît à gauche sur l'image de juillet 2013 (à gauche) et disparaît 16 jours plus tard (à droite).
© Nasa/JPL-Caltech/Cornell University

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La science ukrainienne entre en résistance

    Avant le début de la guerre, l’Ukraine comptait 80 000 scientifiques, dont des centaines d’astronomes. Certains sont contraints à l’exil, d’autres condamnés à rester sur place. Mais pour tous, le maître-mot est « résister ». Et pour ça, ils peuvent compter sur l’aide de collègues étrangers.

  • Découverte : on a retrouvé le cratère d’origine de la plus ancienne météorite martienne !

    Un fabuleux travail d'enquête a permis de retrouver l'origine sur Mars de la météorite Black Beauty, parmi les 94 millions de cratères que comptent la surface de la planète rouge.

  • La Corée du Sud vise la Lune

    Où se situe l’eau sur la Lune ? Quel est le terrain le plus propice pour atterrir ? La nouvelle mission lunaire qui doit être lancée jeudi 4 août par la Corée du Sud tâchera de répondre à ces questions, et à bien d’autres encore, en prévision de futures missions d'exploration.