Un moteur d'Apollo 11 remonté du fond de l'océan

L'un des moteurs F1 d'Apollo 1 récupéré dans l'océan. Crédit : Jeff Bezos

L'un des cinq moteurs de la fusée Saturne 5 qui a propulsé Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michaël Collins vers la Lune le 16 juillet 1969 a été récupéré au fond de l'Atlantique.

Nous vous l'annoncions dans Ciel et Espace d'avril 2012 (p. 13) : la fondation du milliardaire américain Jeff Bezos, fondateur du site Amazon, avait repéré l'épave du premier étage d'Apollo 11 par 4270 m de fond. Appelé S-IC, cet étage de 42 m de long pour 10 m de diamètre avait arraché les 3000 tonnes du vaisseau spatial à l'attraction terrestre jusqu'à 68 km d'altitude. Ensuite, il s'était séparé de la fusée pour retomber dans l'Atlantique par 30° 13' de latitude nord et 74° 2' de longitude ouest.

Epave spatiale remontée
Jeff Bezos et son équipe, après avoir identifié l'épave abîmée du vaisseau spatial, avait annoncé son intention de la récupérer pour en exposer les restes dans un musée. L'étape la plus difficile de ce projet vient donc d'être réussie.

L'un des cinq moteurs a été remonté. Il s'agit du plus puissant moteur de fusée à chambre de combustion simple jamais construit. Récemment, des ingénieurs de la Nasa ont fait fonctionner le générateur de gaz de ce moteur, récupéré au musée, en vue de construite les boosters à carburant liquide de futur lanceur lourd américain, le SLS.

D'autres éléments ont été également remontés, comme une turbine et un injecteur d'oxygène liquide. Ci-dessous, le premier étage d'Apollo 11 photographié avec ses 5 moteurs géants, avant son assemblage à Cap Canaveral.

Premier étage d'Apollo 11. Crédit : Nasa/Ciel et Espace Photos

Une scène sous-marine
Avant de ramener à la surface les éléments de la fusée, l'équipe de Jeff Bezos a soigneusement photographié et filmé la scène sous-marine. L'étage, qui a percuté l'océan à grande vitesse après avoir atteint 8000 km/h, s'est désintégré. Mais ses éléments les plus lourds ont résisté. Tordus et corrodés, ils ont attendu 44 ans sous l'eau avant d'être revus.
La vidéo ci-dessous montre ces éléments approchés par les sous-marin téléguidés de Jeff Bezos.

Le musée en perspective
Tous les éléments remontés du fond de l'océan devraient rejoindre un musée afin qu'ils puissent être vus par le public. Ce dont la Nasa, officiellement toujours propriétaires de la fusée, s'est félicitée. "Nous allons suivre la restauration de ces moteurs par l'équipe de Bezos et nous applaudissons le souhait de Jeff de rendre ces restes historiques accessibles au public" a déclaré Charles Bolden, administrateur de l'agence spatiale américaine.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.