Un challenger s’oppose à la planète 9

Vue d’artiste de la neuvième planète, hypothétique. © Tomruen/ESO
L’hypothèse d’une neuvième planète est née de l’observation au-delà de Neptune de petits astres à l’orbite incongrue. Mais deux scientifiques de l’université du Colorado proposent un nouveau modèle permettant d’expliquer ces trajectoires. Et la planète 9 n’en fait pas partie.
L’annonce a eu son petit effet dans les médias : la neuvième planète, ou « planète 9 », n’existerait pas. Pourtant, depuis son émergence en 2014, l’hypothèse d’une planète lointaine de 10 masses terrestres avait fait son bout de chemin. Mike Brown et Konstantin Batygin ont apporté une des pistes les plus solides en janvier 2016. Selon ces deux astronomes du Caltech, l’alignement des orbites de six petits corps situés au-delà de Neptune serait le fruit d’une interaction avec ladite planète. Plus récemment, en mai 2018, la découverte d’un autre objet transneptunien, 2015 BP-519, a constitué un indice de plus en faveur de la planète 9.

Si celle-ci existe, elle évoluerait sur une orbite inclinée de 30° par rapport à l’écliptique et fortement elliptique.
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?