Titan comme vous ne l'avez jamais vu

La surface de Titan vue par l'instrument Vims de Cassini. © Nasa/Caltech-JPL/Univ. of Arizona/LPG Nantes
C'est une carte exceptionnelle, un document inédit ! Une équipe du Laboratoire de planétologie et de géodynamique de Nantes vient de réaliser une animation qui synthétise 13 années d'observation de Titan par l'instrument Vims, embarqué par Cassini. En avant-première, décryptage.
Voilà des décennies que Titan fascine les astronomes. Une fois et demie plus grand que la Lune, doté comme la Terre d'une dense atmosphère d’azote, mais qui ne laisse rien voir de sa surface, le gros satellite de Saturne était une cible prioritaire de la mission Cassini. Entre 2004 et 2017, la sonde l’a survolé 127 fois, nous dévoilant chaque fois un peu plus ses secrets.

Constellé de lacs et de mers, traversé de chaînes de montagnes, de lits de rivière, ridé par d’immenses champs de dunes, doté d’une véritable météorologie, Titan s’est révélé être le monde le plus semblable à la Terre dans tout le Système solaire. Mais aussi le plus exotique. Avec ses -180°C en moyenne, le cycle du méthane y remplace le cycle de l'eau, et sa croûte est faite de...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.