Thomas Pesquet : « SpaceX ou Boeing, impossible de savoir sur quel vaisseau je vais voler »

Thomas Pesquet lors d'un entraînement Neemo, le 23 août 2019. Crédit : Jimin Zheng
Après sa longue mission sur la station spatiale internationale en 2016–2017, Thomas Pesquet s’apprête à retourner dans l’ISS en 2021. Gestion de la célébrité, préparation de sa future mission, Lune en ligne de mire : l’astronaute français de l’ESA s’est confié à Ciel & Espace.
C’est le dixième astronaute français et aussi sans doute le plus populaire. Thomas Pesquet, bientôt 42 ans, révélé au public à l’occasion de son séjour de six mois à bord de la station spatiale internationale – dont nous avions suivi l’entraînement –, a retrouvé son bureau du Centre européen des astronautes (EAC) à Cologne et le quotidien entre deux missions. « Un moment de la carrière un peu compliqué à gérer, reconnaît-il, parce qu’on n’est jamais capable de mettre une date sur sa future mission. » En ce qui le concerne, les choses se précisent cependant. Vers la fin de l’année 2021, il s’envolera à nouveau pour un long séjour sur l’ISS, lancé dans la capsule Crew Dragon de SpaceX ou la CST-100 Starliner de Boeing. Ensuite, il espère bien pouvoir...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une énorme tache sombre photographiée à la surface de Bételgeuse !

    Pour la première fois depuis sa chute de luminosité entamée à l’automne 2019, une équipe d’astronomes a zoomé sur la surface de Bételgeuse. Ils révèlent le portrait le plus récent de cette étoile supergéante rouge qui se meurt.

  • Vénus, Io et Triton dans la ligne de mire de la Nasa

    L’agence spatiale américaine a dévoilé ce 13 février les quatre finalistes de sa prochaine sélection de missions « Discovery » d’exploration du Système solaire. Avec deux propositions de sondes, Vénus a de bonnes chances d’être de nouveau visitée dans les années 2020.

  • La Maison Blanche dévoile son plan budgétaire pour le programme lunaire Artémis

    L’administration Trump a rendu publique sa proposition de budget pour 2021, dans lequel la Nasa voit ses moyens substantiellement augmentés. Pas moins de 35 milliards de dollars viennent soutenir le programme Artémis pour permettre à des astronautes américains de fouler le sol lunaire en 2024.