Thomas Pesquet déploie avec succès un nouveau panneau solaire sur l’ISS

Panneaux solaires iROSA déployés par dessus les anciens. Crédits : Oleg Novitski
Pendant leur deuxième sortie extravéhiculaire en 5 jours, les astronautes Thomas Pesquet et Shane Kimbrough sont parvenus à terminer ce qu’ils avaient entamé : déployer un nouveau panneau solaire sur la Station spatiale internationale.

La deuxième sortie extravéhiculaire (EVA) a été la bonne pour Thomas Pesquet et Shane Kimbrough. Le 20 juin 2021, à l’extrémité bâbord de la station spatiale internationale (ISS), les deux astronautes sont parvenus à déployer la nouvelle paire de panneaux solaires qu’ils avaient été contraints de laisser en position fermée sur son socle le 16 juin. À 17h20 heure de Paris, Thomas Pesquet s’est muni de sa visseuse-dévisseuse spatiale pour desserrer les deux derniers boulons, sous les instructions de l’astronaute canadienne Jenni Sidey, capitaine de communication à Houston pour cette EVA et la précédente. Quatre minutes plus tard, après un instant d’hésitation, les deux rouleaux de cellules photovoltaïques ont enfin commencé à se dérouler lentement, à la manière d’un tapis long de 19 m et large de 6 m. Arrivée à son amplitude maximale, le système purement mécanique (et non motorisé) s’est arrêté.


A 4:52:51, derniers tours de vis par Thomas Pesquet avant le déroulement des panneaux iROSA

Pesquet en MacGyver

Pendant la phase précédente, celle du branchement des câbles électriques des panneaux iROSA (pour ISS Roll Out Solar Array), Thomas Pesquet a néanmoins dû régler un pépin. Alors dans la nuit, pour éviter tout risque de décharge électrique de la part des anciens panneaux solaires qui fonctionnent encore au Soleil, le sommet du casque de Shane Kimbrough a cédé. Cette « casquette » située au-dessus de la visière de l’astronaute soutient les caméras et les lumières permettant de travailler dans l’obscurité. Muni de fil de cuivre, Thomas Pesquet a improvisé une solution de bric et de broc pour maintenir ces équipements fixes.

Préparer une troisième sortie

Le duo d’astronautes s’est enfin rendu sur les lieux où est stockée la paire suivante de panneaux iROSA. C’est là qu’ils ont passé la majeure partie des trois dernières heures de leur mission, en commençant de libérer certaines attaches afin de préparer leur prochaine EVA. Décidée aux termes de discussions serrées entres astronautes, Nasa et ESA, celle-ci aura lieu le vendredi 25 juin 2021. Son but sera de déployer les iROSA sur le socle 4B de l’ISS, exactement en vis-à-vis du lieu précédent. Thomas Pesquet et Shane Kimbrough feront donc en trois EVA, ce qui avait été initialement prévu en deux. Dimanche 20 juin, en ajoutant 6 h 28 min à son temps passé dans le vide spatial, le Français porte son total à 26h 15 min en quatre sorties extravéhiculaires.

Photographié par Shane Kimbrough, Thomas Pesquet pendant la préparation des deuxièmes iROSA. © NASA- S.Kimbrough

Six rouleaux au total

Prévue pour se clore en 2023, l’installation de six paires de panneaux iROSA doit porter la puissance électrique totale de l’ISS à 215 kW. Les panneaux de la génération précédente, installés à partir de 2000, ne sont pas remplacés et continuent de fonctionner. Mais au fil des allers et venues de vaisseaux spatiaux sur l’ISS, déposant panaches de gaz sur les cellules photovoltaïques, en plus d’impact de micrométéorites et de débris, leur performance a chuté d’environ 1,5% par an. Les cellules photovoltaïques des panneaux iROSA sont produites par Boeing, quand leur système de déploiement est l’œuvre de l’entreprise californienne Deployable Space Systems, rachetée en février 2021 par la société Redwire basée en Floride. La future station Gateway en orbite autour de la Lune sera équipée de ces mêmes modèles de panneaux solaires, cette-fois ci sans intervention d’astronautes pour les installer.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous