Télescope Takahashi Mewlon 210 : le surdoué de l’observation planétaire

Le télescope Takahashi Mewlon 210. © J.-L. Dauvergne/C&E
Né au début des années 1990, le Mewlon 210 de Takahashi est optimisé pour les planètes. Dans cette gamme de télescopes, c’est le seul à n’avoir connu aucune évolution depuis son lancement, mais il n’a pris aucune ride.
Première approche : une formule atypique mais pragmatique Avec les télescopes Mewlon, la marque japonaise Takahashi s’est taillé une solide réputation dans l’observation planétaire. Cette gamme a été lancée en 1990 avec un 180 mm, suivi en 1991 d’un 250 mm. Deux ans plus tard sortaient le 210 mm et le 300 mm. Ces instruments sont les seuls télescopes de grande série à opter pour la formule optique Dall Kirkham. Si vous demandez à un opticien ce qu’il en pense, il vous en dira certainement beaucoup de mal ! En effet, cette combinaison souffre d’une forte aberration de coma dans le champ. Autrement dit, à mesure que l’on s’éloigne de l’axe optique, les étoiles prennent assez vite une forme de comète. Ce défaut est comparable à celui que l’on retrouve
Première approche : une formule atypique mais pragmatique Avec les télescopes Mewlon, la marque japonaise Takahashi s’est taillé une solide réputation dans l’observation planétaire. Cette gamme a été lancée en 1990 avec un 180 mm, suivi en 1991 d’un 250 mm. Deux ans plus tard sortaient le 210 mm et le 300 mm. Ces instruments sont les seuls télescopes de grande série à opter pour la formule optique Dall Kirkham.

Si vous demandez à un opticien ce qu’il en pense, il vous en dira certainement beaucoup de mal ! En effet, cette combinaison souffre d’une forte aberration de coma dans le champ. Autrement dit, à mesure que l’on s’éloigne de l’axe optique, les étoiles prennent assez vite une forme de comète. Ce défaut est comparable à celui que l’on retrouve...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.