Sur la Lune, le geyser actif était un volcan éteint

La structure Ina, sur la Lune, trichait sur son âge. © Nasa
Depuis 1971, une étonnante dépression en forme de D, découverte à la surface de la Lune, intrigue les astronomes. Jusqu’à récemment, ceux-ci pensaient qu’il s’agissait d’une zone d’où s’échappait du gaz piégé dans la croûte lunaire. En fait, il s’agirait de la caldeira d’un volcan assez ancien.
Avec Ina, les astronomes pensaient tenir une petite région de la Lune où il se passait des choses. Cette dépression de 2 km sur 3, située dans le lac de la Félicité, presque au centre de la face visible, semblait avoir tous les attributs d’une zone chahutée par de fréquentes émanations gazeuses.

Ne comportant que quelques petits cratères d’impact, elle était considérée comme très jeune : 10 à 50 millions d’années ! Il devait s’agir d’un lieu où la surface était sans cesse retournée, donc rajeunie, par une quelconque activité. En d’autres termes, s’il y avait une chance d’observer un jour quelque chose bouger sur la Lune, c’était bien là.

Le paradoxe des geysers lunaires Le problème, c’est que toute activité volcanique sur la Lune a disparu
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • LM d’Apollo 10, photo du trou noir, voyages vers Mars… : retrouvez tous nos articles 100 % web

    Un astronome aurait retrouvé le LM d’Apollo 10 ! Comment photographie-t-on un trou noir ? Une expérience donne de l’espoir pour la vie sur Mars… Passionnés d’exploration spatiale, curieux d’astronomie, vous trouverez à coup sûr matière à apprendre dans les nombreux articles et podcasts publiés sur notre site. En voici la liste. Cliquez, et découvrez !

  • Trou noir : les secrets d’une image

    La première photo d’un trou noir, révélée le 10 avril 2019, restera certainement dans les annales de l’astronomie. Un exploit collectif réalisé par 200 astrophysiciens dispersés sur toute la planète, et dont voici les coulisses.

  • Aidez les astronomes à savoir quand se couche réellement le Soleil

    Étonnant : les heures de lever et de coucher du Soleil ne sont pas prédites à mieux que quelques minutes. La responsable de cette imprécision : notre atmosphère. Les chercheurs se tournent vers les sciences participatives pour résoudre ce problème épineux, car il a un impact la navigation en mer, mais aussi sur les observations astronomiques.