Sur la Lune, le geyser actif était un volcan éteint

La structure Ina, sur la Lune, trichait sur son âge. © Nasa
Depuis 1971, une étonnante dépression en forme de D, découverte à la surface de la Lune, intrigue les astronomes. Jusqu’à récemment, ceux-ci pensaient qu’il s’agissait d’une zone d’où s’échappait du gaz piégé dans la croûte lunaire. En fait, il s’agirait de la caldeira d’un volcan assez ancien.
Avec Ina, les astronomes pensaient tenir une petite région de la Lune où il se passait des choses. Cette dépression de 2 km sur 3, située dans le lac de la Félicité, presque au centre de la face visible, semblait avoir tous les attributs d’une zone chahutée par de fréquentes émanations gazeuses.

Ne comportant que quelques petits cratères d’impact, elle était considérée comme très jeune : 10 à 50 millions d’années ! Il devait s’agir d’un lieu où la surface était sans cesse retournée, donc rajeunie, par une quelconque activité. En d’autres termes, s’il y avait une chance d’observer un jour quelque chose bouger sur la Lune, c’était bien là.

Le paradoxe des geysers lunaires Le problème, c’est que toute activité volcanique sur la Lune a disparu
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.