Science participative : découvrez des exoplanètes

Le satellite américain Kepler, chasseur d’exoplanètes. © Nasa
Les internautes sont invités à fouiller dans les données recueillies par le satellite de la Nasa Kepler. Objectif : débusquer des planètes extrasolaires inédites.

Avec Exoplanet Explorers, quiconque est équipé d’un ordinateur et d’une connexion Internet peut devenir chasseur de planètes extrasolaires. Deux jours seulement après le lancement de ce projet de science participative, quatre super-Terre ont été détectées.

Hébergé par la plateforme de science citoyenne Zooniverse, le programme Exoplanet Explorers, conçu notamment par l’université d’Oxford et le planétarium Adler de Chicago, permet au public de fouiller dans les données du télescope spatial Kepler. 

Quatre super-Terre proches de leur étoile

La pêche promet d’être fructueuse : seulement 48 heures après sa mise en route, quatre exoplanètes d’un même système ont été repérées. Immatriculées EE-1b, EE-1c, EE-1d et EE-1e, elles naviguent autour d’une étoile semblable au Soleil, située à 597 années-lumière et visible dans la constellation des Gémeaux.

Les deux planètes les plus proches de leur étoile sont deux fois plus grandes que la Terre. La troisième et la quatrième sont respectivement 2,7 et 2,2 fois plus grandes que notre planète. 

Qualifiées de « super-Terre » à cause de leur taille, elles ne sont néanmoins pas habitables, car sans doute beaucoup trop chaudes : toutes les quatre sont en effet plus proches de leur étoile que Mercure l’est du Soleil. 

En plus de ce système planétaire, trois autres exoplanètes ont été identifiées dans le cadre d’Exoplanet Explorers. Toutes ces trouvailles devraient faire l’objet d’articles scientifiques cosignés par les découvreurs amateurs. 

À la recherche de nouveaux mondes dans les archives de Kepler

Le satellite américain Kepler a déjà permis de mettre à jour près de 2500 planètes extrasolaires. Mais de grandes quantités de données restent encore à analyser. Plus de 10 000 amateurs se sont à ce jour portés volontaires. 

Si vous aussi, vous souhaitez participer à la recherche, découvrir des planètes extrasolaires et cosigner des articles scientifiques, rendez-vous sur le site d’Exoplanet Explorers. Votre travail consistera à passer en revue des courbes de luminosité d’étoiles observées par Kepler.

Pour chaque courbe, le programme informatique vous demandera si oui ou non, celle-ci comporte une baisse de luminosité pouvant correspondre au passage d’une planète devant l’étoile. Bonne chasse aux nouveaux mondes !

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matière noire : les physiciens passent à l’axion

    Lassés de plusieurs décennies de recherches vaines, certains physiciens délaissent les particules hypothétiques nommées « wimps » pour une autre forme possible de matière noire : les axions. Une expérience américaine vient d’atteindre la sensibilité requise pour les détecter.

  • TESS doit trouver des exoplanètes habitables autour d’étoiles proches

    Le télescope spatial TESS a rejoint l’espace le 19 avril 2018, depuis cap Canaveral à bord d’une fusée Falcon 9. Le nouveau chasseur d’exoplanètes de la Nasa poursuivra la mission de Kepler, bientôt hors-service, avec une approche différente.

  • La planète de Proxima b est-elle hostile à toute forme de vie ?

    C’est l’exoplanète la plus proche du Système solaire. Et elle se trouve dans la zone habitable de son étoile, Proxima du Centaure. Mais Proxima b subit régulièrement de violentes éruptions stellaires qui posent à nouveau la question de son hospitalité envers la vie.