Reportage à Strasbourg, où est stockée la mémoire mondiale du ciel

Ce bâtiment vitré abrite le Centre de données de Strasbourg, mémoire mondiale du ciel. © P. A. Duc/Obs. de Strasbourg
Le Centre de données de Strasbourg recueille l’ensemble des images et des mesures collectées par les grands observatoires et en fournit l’accès aux professionnels comme aux amateurs. Un service unique dans le monde.
Dans l’ombre d’un jardin arboré se dessine la grande coupole en fer de l’observatoire de Strasbourg, construit dans un style néo-classique sous l’occupation allemande entre 1876 et 1880. Si le hall a gardé son aura historique, entre pierres sculptées et hauts plafonds, d’étranges câbles multicolores serpentent le long du plafond de l’une des salles méridiennes. Quand on suit les racks fixés à même la pierre blanche, ils mènent jusqu’à une porte métallique au sous-sol : la salle de serveurs, le cœur actif du Centre de données de Strasbourg (CDS). 

Derrière cette porte anonyme se cache le cerveau du CDS. Attention au bruit ! © J. Kern/CDS Comme un saut dans le temps, on quitte la tranquillité du vénérable bâtiment pour une pièce sans fenêtre, où...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?