Reportage à Strasbourg, où est stockée la mémoire mondiale du ciel

Ce bâtiment vitré abrite le Centre de données de Strasbourg, mémoire mondiale du ciel. © P. A. Duc/Obs. de Strasbourg
Le Centre de données de Strasbourg recueille l’ensemble des images et des mesures collectées par les grands observatoires et en fournit l’accès aux professionnels comme aux amateurs. Un service unique dans le monde.
Dans l’ombre d’un jardin arboré se dessine la grande coupole en fer de l’observatoire de Strasbourg, construit dans un style néo-classique sous l’occupation allemande entre 1876 et 1880. Si le hall a gardé son aura historique, entre pierres sculptées et hauts plafonds, d’étranges câbles multicolores serpentent le long du plafond de l’une des salles méridiennes. Quand on suit les racks fixés à même la pierre blanche, ils mènent jusqu’à une porte métallique au sous-sol : la salle de serveurs, le cœur actif du Centre de données de Strasbourg (CDS). 

Derrière cette porte anonyme se cache le cerveau du CDS. Attention au bruit ! © J. Kern/CDS Comme un saut dans le temps, on quitte la tranquillité du vénérable bâtiment pour une pièce sans fenêtre, où...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.