Rassemblement spectaculaire à observer : Jupiter et Vénus flirtent dans le ciel du couchant

C&E
Une très belle conjonction entre les planètes Vénus et Jupiter est à admirer à l’œil au-dessus de l’horizon ouest le 1er mars. Le lendemain aussi !

Jupiter s’en va et Vénus arrive ! Résultat, dans le ciel du crépuscule, le soir, les deux planètes se croisent. Après le coucher du Soleil, le 1er mars, l’éclatante Vénus sera juste à côté de la brillante Jupiter. Ce rapprochement spectaculaire est aisément visible à l’œil nu. Profitez-en !

Depuis la France métropolitaine, la Belgique et la Suisse, cette conjonction rare, annoncée dans l’Almanach du ciel 2023 et dans Ciel & Espace n°587, se déroule au-dessus de l’horizon ouest. Elle peut être visible dès 18 h 45, quand le ciel commence à s’assombrir. Attention, cela dépend toutefois de votre situation en longitude : plus vous êtes à l’ouest, plus la nuit tombe tard et au contraire, à l’est, c’est sensiblement plus tôt.

Quoi qu’il en soit, à 19 h 15, tout le monde dispose d’un ciel assez sombre pour trouver facilement Vénus et sa compagne d’un soir. Nul besoin d’être astronome : ces deux planètes sont les astres les plus brillants dans le couchant.

Au ras de l'horizon ouest

La plus importante précaution à prendre est de s’assurer qu’on dispose d’un horizon ouest bien dégagé. Peu après 19 h, les planètes sont encore à presque 20° de hauteur. Des immeubles ou des reliefs peuvent suffire pour vous les masquer. Mais elles descendent vite ; aux alentours de 20 h, elles ne sont plus qu’à environ 12°. Là, il faut vraiment éviter d’avoir une petite colline, même lointaine, dans la direction de l’ouest. L’horizon maritime est idéal !

A voir aux jumelles et au télescope également

Si vous avez une paire de jumelles, utilisez-là. En vous calant bien, vous pourrez voir en même temps Vénus, Jupiter et aussi ses satellites : Callisto, Ganymède et Io se trouvent en haut à gauche de la planète. Ils se devinent comme de minuscules étoiles alignées en direction de Jupiter.

Avec une lunette ou un télescope, la conjonction vaut également le coup. Bien que la scène se déroule bas sur l’horizon et que les images risquent d’être entachées de turbulence atmosphérique, en utilisant un grossissement moyen, compris entre 20 et 80 fois, vous pouvez voir les surfaces des deux planètes alors qu’elles sont dans le même champ visuel. Sur Jupiter, une observation attentive vous permet d’apercevoir deux bandes nuageuses sombres qui encadrent son équateur.

Retrouvez tous nos conseils pour bien profiter du phénomène dans notre podcast éphémérides du mois de mars 2023.

Perspective cosmique

Songez que Vénus, de la taille de la Terre (environ 12000 km de diamètre) est à 204 millions de km alors que Jupiter croise à 863 millions de km ! Leur rapprochement n’est donc qu’apparent, les deux corps célestes se trouvant presque sur la même ligne de visée.

Le jour d'après...

Vous pouvez recommencer l’observation le lendemain, 2 mars, pour constater que les deux planètes ne sont plus côte à côte mais l’une au-dessus de l’autre. C’est qu’entre temps, elles ont progressé sur leurs orbites et que la Terre a fait de même…

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.