Opportunity cherche la trace d’un ancien lac martien

Ce qui ressemble à un chenal apparaît sur cette image prise le 3 juin 2017 par le rover Opportunity. ©Nasa
Avant de s’engager dans une périlleuse descente le long d’une ravine, le robot de la Nasa explore une étendue plate, en bordure du cratère Endeavour, que les scientifiques suspectent d’avoir jadis recueilli de l’eau.

Que ceux qui attendent la descente d’Opportunity le long de ce qui semble être une ravine creusée par de l’eau ne perdent pas patience ! En effet, si l’on suit le parcours du robot américain à la surface de Mars depuis la mi-mai, on peut avoir l’impression qu’après avoir approché ladite ravine, il a finalement décidé d’aller musarder ailleurs.

En réalité, les scientifiques de la mission ont entre-temps aperçu ce qui ressemble à un « chenal » d’une dizaine de mètres de large et qui débouche précisément au bord du cratère, à l’endroit où commence la ravine.

Le vestige d’un ancien lac ?

Avant d’engager le rover dans une descente raide le long de la ravine, les responsables de la mission ont préféré lui faire explorer le « chenal » pour tenter d’en connaître l’origine. A ce sujet, deux hypothèses sont en lice. Soit il s’agit une sorte de lit, situé au fond d’un ancien lac et qui se dirigeait vers l’intérieur du cratère, soit il s’agit de fractures créées dans le sol par l’impact météoritique qui a creusé Endeavour. En approchant des roches qui bordent le chenal, Opportunity pourrait permettre aux géologues de savoir si elles ont été transportées par l’eau ou si elles étaient en place, et ainsi trancher entre les deux hypothèses.

Un déversoir dans le cratère Endeavour ?

En apparence, le chenal orienté ouest-est est connecté à une encoche dans le rempart du cratère. C’est de cette encoche que démarre la ravine de Perseverance Valley. Si l’hypothèse aquatique se confirmait, cette ravine pourrait donc être considérée comme le déversoir du lac dans le cratère.

Le parcours d'Opportunity au 29 juin 2017. Le robot s'est éloigné de la ravine mais ce n'est que provisoire. ©Nasa.

Opportunity handicapé

Le robot, qui a maintenant 44,9 km au compteur, connaît quelques difficultés avec les moteurs qui servent à diriger ses roues. Certains ne fonctionnent plus et l’engin se dirige uniquement avec les moteurs de ses deux roues arrière. L’exploration du potentiel chenal sur un terrain relativement plat ne lui posera pas de problème.

Une fois que cela sera fait, il retournera au bord du cratère et avancera sur une pente inclinée de 15 à 17° sur une longueur de 200 m. Il longera alors la ravine décelée depuis l’orbite grâce aux images de Mars Reconnaissance Orbiter.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous