Observez à l’œil nu le passage de la comète NEOWISE au plus près de la Terre

La comète NEOWISE photographiée le 17 juillet depuis le Vexin avec un objectif de 24 mm. Crédit : JL Dauvergne
Le 23 juillet 2020, la comète C/2020 F3 NEOWISE passe au plus près de la Terre. Elle se montre donc sous un taille apparente maximale. Profitez-en pour l’admirer à l’œil nu et aux jumelles car elle sera ensuite rattrapée par la Lune dans le ciel du soir. Voici tous les conseils pour la trouver et la photographier.

Le 23 juillet 2020, la comète C/2020 F3 NEOWISE passe au plus près de la Terre. C’est véritablement l’invitée surprise de l’été et elle n’en finit pas de créer l’évènement. Elle a atteint son pic de luminosité début juillet lorsqu’elle se trouvait au plus près du Soleil, mais elle était alors baignée dans les lueurs de l’aube. Depuis mi-juillet, elle est devenue circumpolaire pour la majorité des observateurs en France. Elle est donc visible toute la nuit, et les images spectaculaires montrant sa queue de gaz et sa queue de poussière se multiplient.

NEOWISE n’est plus visible à l’œil nu au cœur des grandes villes. Mais paradoxalement sous un beau ciel, elle est devenue plus impressionnante que début juillet. Deux raisons à cela : elle est de plus en plus haute dans le ciel et elle se rapproche de la Terre si bien que sa taille apparente augmente. Son passage au plus près de la Terre a lieu le 23 juillet 2020, à 103 millions de kilomètres. Ca fait une grande différence par rapport au moment où elle se situait au plus près du Soleil : elle était alors à 172 millions de kilomètres.

« Théoriquement, c'est ces jours-ci que la géométrie est la plus favorable pour voir la queue de poussière sous sa plus grande longueur. Celle-ci fait 16,8° si on l’estime sa longueur à 0,2 unités astronomiques », estime Nicolas Biver, spécialiste des comètes à l’observatoire de Paris-Meudon. Il faut donc en profiter au maximum ces jours-ci, d’autant qu’à partir du 23 juillet 2020, la Lune va reprendre ses droits dans le ciel du soir au moment où la comète est au plus haut. « Son élongation solaire a permis qu'elle se dégage du crépuscule et des interférences avec la Lune, mais d’ici fin juillet, elle pourrait vraiment perdre de sa splendeur », prévient Nicolas Biver.

Où trouver la comète dans le ciel ?  

Ces jours-ci, il faut la chercher à 15-20° de l’horizon en début de nuit. La carte ci-dessous vous permettra de la localiser facilement sous la Grande Ourse. En ville, utilisez des jumelles. Celles-ci sont dans tous les cas le meilleur moyen de l’observer, vue sa taille apparente. 

Carte de localisation de la comète NEOWISE vers 23h45 heure française du 20 au 30 juillet 2020. 

Nous l’avons observée le 17 juillet, la queue de poussière était parfaitement visible à l’œil nu sur 4 à 5°, elle était bien plus grande aux jumelles. La queue de gaz n’était pas visible à l’œil nu, mais elle se montrait aux jumelles. « J’ai observée NEOWISE le 18 juillet. J'ai estimé sa magnitude vers 3, témoigne Nicolas Biver. La coma reste petite et devient de plus en plus dominée par le gaz (verte), mais la poussière libérée depuis le périhélie a développé cette queue qui s'étend sur plus de 13°, soit plus de 24 millions de kilomètres. Il faut plusieurs jours d’activité pour développer une telle queue. Ce que l’on voit reflète donc l'activité lorsque la comète était près du Soleil. »

Pourquoi NEOWISE brille tant ?

« Une comète peut être brillante car elle proche de la Terre ou/et proche du Soleil. Mais NEOWISE a une magnitude comparable à 46P Wirtanen, et elle n’a pourtant pas du tout le même aspect. En fait, elle ressemble pas mal à C/2006 P1 McNaught en un peu moins brillant », explique Nicolas Biver. McNaught a été la plus grande comète des dernières décénies, mais elle n’a été visible que depuis l’hémisphère Sud. Dans l’hémisphère Nord, il faut remonter à Hale-Bopp en 1997 pour trouver une comète capable de rivaliser avec NEOWISE. Hale-Bopp était néanmoins plus lumineuse en raison de son noyau large de plusieurs dizaines de kilomètres.

« Nous estimons la taille de son noyau entre 4,5 et 5 km. Nous allons essayer de la mesurer en radio... Mais cela signifie un gros noyau substantiel pour une comète à longue période. Il ferait le double de celui de Hyakutake », souligne Nicolas Biver.

Comment photographier la comète NEOWISE ?

NEOWISE photographiée le 17 juillet avec un objectif de 50 mm depuis le Vexin. © JL Dauvergne

Il est possible de photographier la comète sans être lourdement équipé. L’important est de trouver un lieu d’observation sans pollution lumineuse vers le nord. Référez-vous par exemple aux cartes de Frédéric Tapissier. Il faut vérifier la météo. Pour observer un astre aussi bas, il faut un ciel vraiment dégagé, y compris de nuages hauts comme les cirrus. Consultez par exemple les cartes de Ventuky, très précises. Enfin, il faut vous équiper d’un trépied et d’un appareil photo. Les smartphones peuvent montrer la comète, mais manquent vraiment de sensibilité. Préférez un appareil compact haut de gamme, ou mieux un hybride ou un reflex. La mise au point doit être gérée manuellement et calée sur l’infini. Tous les appareils ont une fonction live-view qui permet de zoomer dans l’image pour s’assurer de la précision de la mise au point.

La sensibilité optimale dépend des appareils photo, mais 1600 ISO est souvent un bon compromis. Toutes les focales peuvent être intéressantes, mais les meilleurs résultats sont obtenus entre 24 et 50 mm. Pour monter plus haut en focale, un suivi motorisé est indispensable. À 24 mm, vous pouvez effectuer un temps de pose jusqu’à 20 s environ et à 50 mm, 10 s. Si vous n’avez pas de déclencheur filaire, n’hésitez pas à utiliser le retardateur de l’appareil photo, vous éviterez ainsi les vibrations.

Au traitement il est judicieux de combiner au moins 3 à 5 photos entre elles pour améliorer le résultat. Vous pouvez utiliser Sequator, il est gratuit et permet de conserver un avant plan net.

N’hésitez pas à nous envoyer vos meilleurs photos à ouvertlanuit@cieletespace.fr pour une éventuelle publication dans le magazine.

En souscrivant un abonnement à la formule « 100% web », vous avez non seulement accès à chaque nouvel article mis en ligne, mais aussi à la totalité des articles déjà publiés, soit près de 200 à ce jour.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Au télescope, observez Valles Marineris sur la planète Mars !

    La planète Mars est maintenant au plus près de la Terre. Cette configuration exceptionnelle va durer pendant tout le mois d’octobre. Alors profitez-en pour l’observer au télescope. Même un instrument de diamètre relativement modeste permet de voir de beaux détails.

  • Des doutes sur la découverte de phosphine dans les nuages de Vénus

    De la phosphine a-t-elle vraiment été détectée sur Vénus ? Tandis que certains astrophysiciens débattent de son hypothétique origine biologique, d’autres — qui se sont penchés en détail sur les données — doutent carrément de sa présence. Le survol de Vénus par la sonde Bepi-Colombo, le 15 octobre 2020, peut-il trancher le débat ?

  • Retour sur la Lune en 2024 : la Nasa précise son calendrier

    La Nasa entend poser à nouveau des hommes sur la Lune, et pour la première fois une femme, à l’horizon 2024. L’agence américaine vient de dévoiler le rétroplanning de son ambitieux programme, nommé Artémis