Nouveaux clichés depuis la surface de Ryugu

La surface de l’astéroïde Ryugu. © Jaxa
L'agence spatiale japonaise diffuse de nouvelles images du sol de Ryugu, prises par les deux rovers largués par sa sonde Hayabusa 2. Le sol de l'astéroïde s'y révèle extrêmement chaotique.

Quelques jours après le largage de Minerva-II1 et ses deux rovers sur Ryugu, de nouvelles images prises depuis le sol de l'astéroïde sont rendues publiques.

La photo couleur ci-dessus a été réalisée le 23 septembre 2018, juste avant un saut du Rover-1B (les rovers ne roulent pas sur l'astéroïde, mais sautent grâce à un mécanisme dédié). On constate que la surface de Ryugu est extrêmement chaotique, "bien plus que prévu", témoigne le planétologue Patrick Michel, de l'observatoire de la Côte d'Azur. "Je m'attendais à voir plus de poussières et moins de cailloux, un peu comme sur Itokawa. Là, nous n'avons que des rochers ! Certains sont très anguleux — sans doute très résistants —, et d'autres, ronds, qui paraissent plus friables. Peut-être sont-ils de composition différentes ?" s'interroge le chercheur.

Ci-dessous trois clichés successifs pris à 5 minutes d'intervalle pendant le saut (d'où le flou).

Et une nouvelle image après que l'engin s’est à nouveau posé, après une quinzaine de minutes en l'air (la très faible gravité à la surface de l'astéroïde implique des sauts très lents). “Ce genre de terrain, scientifiquement, c'est le paradis. Cela nous pose des tas de questions. Mais pour ceux qui doivent se charger des opérations à la surface, je pense par exemple à l'atterrissage du robot Madscot début octobre, cet astéroïde est un enfer”, souligne Patrick Michel.

Le Rover-1A a lui aussi réalisé des images (moins bien exposées). Sur l'une d'elles se dessine un rocher.

Sur un autre, on distingue la silhouette du petit robot de 18 cm de diamètre, en particulier l'une de ses pattes (le trait sombre ; il en possède sur ses deux faces, certaines dotées de capteurs de température) et son antenne.

Pour Patrick Michel, ce n'est que le début de l'aventure : "Dès la semaine prochaine, Mascot donnera des images meilleures. Surtout, il pourra analyser la composition du sol... s’il arrive à se poser à peu près droit !"

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.