Nouveau : un trésor de cartes anciennes visible en ligne

Cartes établies par E. Schiaparelli durant l’opposition de Mars en 1877.
C’est un trésor : une base de données inédite, rassemblant 2400 cartes des planètes établies depuis l’an 1600, est enfin disponible en ligne. Des canaux martiens de Lowell aux sites d’atterrissage de Venera sur Vénus, en voici quelques pépites.
Henrik Hargitai. © DR Mers lunaires, montagnes de Vénus, rives martiennes… « La cartographie des astres a débuté en Europe vers 1600 pour s’étendre aux États-Unis et en Union soviétique au XXe siècle, puis plus récemment, au Japon et à la Chine. Aujourd’hui, il y a une telle prolifération d’informations sur les planètes du Système solaire, en provenance d’une multitude d’institutions, qu’il est devenu difficile de s’y retrouver pour le chercheur ou le simple citoyen. Une base de données commune était nécessaire », explique Henrik Hargitai.

Cet astronome de l’université de Budapest (Hongrie) s’est donc mis en tête de produire l’atlas des cartes planétaires le plus complet jamais réalisé. « Dès 2001, j’ai commencé à archiver toutes les...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?