Neptune à portée de télescope

Neptune vue par la sonde Voyager en 1988. Crédit : NASA / JPL/Ciel et Espace Photos

La plus lointaine planète du Système solaire passe à l'opposition le 20 août, ce qui constitue le cœur de la période la plus favorable pour l'observer.

Neptune est actuellement au plus près de la Terre et se montre en milieu de nuit vers le sud, dans la constellation du Verseau.

Une planète en apparence minuscule

Pour l'observer, un instrument d'astronomie est nécessaire. Neptune a beau mesurer 49500km de diamètre (soit 3,8 fois celui de la Terre), elle croise à 4,5 milliards de km. Elle apparaît donc comme un point minuscule de 2,3'' de large, c'est-à-dire 800 fois moins que la Pleine Lune, et 20 fois moins que Jupiter.

Observer Neptune au télescope

Une petite lunette permet de voir Neptune comme un point. Pour deviner son diamètre apparent, il est conseillé d'utiliser un télescope d'au moins 200mm avec un grossissement minimum de 200 fois. Si le ciel est suffisamment stable, il ne faut pas hésiter à pousser à 300, voire 400x. On découvre alors à l'oculaire un minuscule disque bleu sur le noir du fond de ciel.

Les astuces pour trouver Neptune

Pour localiser Neptune, invisible à l'œil nu, un télescope doté d'un système de pointage automatique est un atout.

Trouver la planète sans système de pointage automatique est plus difficile. Mais actuellement, la présence de l'étoile Iota Aquarii, située à environ 2° de Neptune, vous facilitera la tâche. Vous devez disposer d'une bonne carte du ciel montrant la position de la planète à la date à laquelle vous observez. Vous en trouverez une en page 66 du numéro d'août de Ciel et Espace.

Vous pouvez aussi utiliser le logiciel de planétarium gratuit Stellarium.

Une fois l'instrument pointé dans la bonne direction, vous devrez examiner attentivement le champ pointé à faible grossissement (50 à 80x), afin de centrer Neptune avant de grossir d'avantage. À 80x, elle apparaît presque ponctuelle, mais le fait qu'elle présente une faible taille apparente induit qu'elle scintille moins que les étoiles. Vous pouvez également vous servir de sa couleur bleutée pour la distinguer des étoiles avoisinantes.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.