MUSE réalise un magnifique cliché de Neptune

La planète Neptune, vue par le VLT. © ESO
Grâce à un nouveau système d’optique adaptative, l’instrument MUSE du Very Large Telescope (VLT) de l’ESO a pu obtenir l’image la plus précise de Neptune prise depuis la Terre. Généralement réservé aux télescopes spatiaux, Hubble notamment, ce type d’image de grande qualité des confins de notre Système solaire est désormais réalisable par les télescopes au sol.

S’il est plus compliqué d’obtenir une image nette des astres depuis la Terre que depuis l’espace, c’est à cause de notre atmosphère ; ces mêmes turbulences atmosphériques qui font scintiller les étoiles lors d’observations à l’œil nu tendent aussi à rendre les objets de l’Univers lointain plus flous au travers des grands télescopes.

Mais l’ESO a trouvé la parade : la tomographie laser. Cette nouvelle technique d’optique adaptative permet de compenser les effets de la turbulence avec une précision inégalée. Les miroirs déformables du VLT peuvent s’adapter aux aléas de notre enveloppe de gaz et changer de position jusqu’à 1000 fois par seconde. La tomographie laser permet désormais au VLT et à l’instrument MUSE de réaliser des images du ciel plus précises que celles du télescope spatial Hubble !

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le retour de la Grande Tache sombre de Neptune

    Cela faisait 30 ans que les astronomes attendaient le retour d’une Grande Tache sombre sur Neptune. Fin 2018, le télescope spatial Hubble a été le témoin de la réapparition de cette structure nuageuse sur la planète lointaine.

  • Le sismomètre d’Insight est prêt à sonder Mars

    Installé sur le sol de la planète rouge depuis le 19 décembre 2018, le sismomètre français de la mission Insight a reçu sa couverture thermique, prélude à ses premières mesures scientifiques.

  • En perdant son gaz, une galaxie commence son agonie

    La galaxie D100 est en train de perdre la matière qui aurait dû lui permettre de se régénérer en étoiles. Les télescopes Hubble et Subaru se sont unis pour mettre en évidence le phénomène.