Les tenues jaune et bleu des cosmonautes étaient-elles un geste militant ?

L'équipage russe sur l'écran du centre de contrôle de mission à Korolev près de Moscou. © Telegram/Roscosmos
Nous avons demandé à trois anciens astronautes ayant volé à bord de Soyouz si les combinaisons jaune et bleue, portées par l'équipage russe à son arrivée sur l’ISS, étaient un geste de soutien à l’Ukraine.
Il est 22h48 à Paris le 18 mars 2022 lorsque s’ouvre le sas de la station spatiale internationale (ISS). Les six astronautes déjà à bord de l’ISS se sont regroupés pour accueillir trois nouveaux venus. La capsule Soyouz, immatriculée MS-21, abrite un équipage 100% russe. Elle a décollé de Baïkonour en début de soirée, rattrapé l’ISS en à peine deux orbites et moins de trois heures, pour s’amarrer à la station à 20h12 (à Paris). Pendant les deux heures qui ont suivi, le passage d’un module à l’autre a été scellée et des tests de pressurisation effectués. Mais surtout, les cosmonautes Oleg Artemiev, Denis Matveïev et Sergeï Korsakov ont ôté leur scaphandre pour enfiler une autre tenue, plus légère mais toujours officielle. Une arrivée en jaune et bleu
Il est 22h48 à Paris le 18 mars 2022 lorsque s’ouvre le sas de la station spatiale internationale (ISS). Les six astronautes déjà à bord de l’ISS se sont regroupés pour accueillir trois nouveaux venus. La capsule Soyouz, immatriculée MS-21, abrite un équipage 100% russe. Elle a décollé de Baïkonour en début de soirée, rattrapé l’ISS en à peine deux orbites et moins de trois heures, pour s’amarrer à la station à 20h12 (à Paris). Pendant les deux heures qui ont suivi, le passage d’un module à l’autre a été scellée et des tests de pressurisation effectués. Mais surtout, les cosmonautes Oleg Artemiev, Denis Matveïev et Sergeï Korsakov ont ôté leur scaphandre pour enfiler une autre tenue, plus légère mais toujours officielle.

Une arrivée en jaune et bleu
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.